Sciences Po Lyon dans la tourmente

le
1
L'ensemble de la direction de l'Institut d'études politiques de Lyon a démissionné, plongeant l'établissement dans la tourmente.
L'ensemble de la direction de l'Institut d'études politiques de Lyon a démissionné, plongeant l'établissement dans la tourmente.

C'est la crise à Sciences Po Lyon. L'établissement fondé en 1948, qui accueille aujourd'hui 1 800 étudiants, se retrouve sans direction. Lundi soir, son directeur, Vincent Michelot, a démissionné de ses fonctions. Élu à la tête de l'IEP de Lyon il y a deux ans, il évoque, dans la lettre qu'il a envoyée aux étudiants et au personnel, « des inquiétudes de santé ». Mais son départ semble bien avoir été forcé par la démission, quelques heures auparavant, de l'ensemble de son comité de direction.

Pour justifier leur départ collectif, les cinq membres de la direction évoquent dans leur lettre au directeur « les graves dysfonctionnements à propos desquels (il a) été alerté à plusieurs reprises, qui affectent depuis plusieurs mois l'institution ». Ils dénoncent « le manque de clarté de la gouvernance et le défaut de suivi qui caractérise le traitement des dossiers essentiels qui ont conduit à une rupture de lien de confiance qui (les) unissait et (les) oblige à (se) désolidariser de ces erreurs qui entament la crédibilité de l'IEP et son avenir même ». Ils évoquent encore « l'éthique du service public ». Derrière cette dénomination, c'est notamment le sujet brûlant de l'augmentation des frais de scolarité qui est évoqué. Avancée par le directeur démissionnaire, elle n'est pas du goût de l'équipe dirigeante et est fortement contestée par les étudiants.

Déficit de 200 000 euros

...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.guer le mercredi 17 fév 2016 à 00:41

    il semblerait que ce les déficits soient le défaut commun des politiques ...