Sciences Po : de plus en plus de lycéens venus de ZEP

le
0
Pour la première fois, une quinzaine de jeunes issus de zones rurales vont rejoindre, à la rentrée, les prestigieux bancs de la rue Saint-Guillaume.

Venue d'une petite ville de 3500 habitants, Siegried Henry, mention très bien au bac, vient d'être reçue à Sciences Po par la filière ZEP.
Venue d'une petite ville de 3500 habitants, Siegried Henry, mention très bien au bac, vient d'être reçue à Sciences Po par la filière ZEP.

Venue d'une petite ville de 3500 habitants, Siegried Henry, mention très bien au bac, vient d'être reçue à Sciences Po par la filière ZEP.

Jamais Sciences Po n'aura accueilli autant d'étudiants issus de lycées défavorisés. À la rentrée, 138 bacheliers intégreront la célèbre école de la rue Saint-Guillaume à Paris, grâce à la filière ZEP imaginée par Richard Descoings. Aux jeunes venus des banlieues, s'ajoutent pour la première fois une quinzaine de lycéens issus de zones rurales. «Tout aussi éloignés culturellement de Sciences Po», justifie Hakim Allouche qui dirige le pôle diversité de l'établissement.

Parmi eux, Siegried Henry, 18 ans, vient d'une commune de 3500 habitants, Cires-lès-Mello, dans l'Oise. «Dans les campagnes, on se sent à l'écart. Ce n'est ni la banlieue, ni la capitale, c'est encore un autre monde», explique-t-elle. «Si Sciences Po n'était pas venu vers moi, je n'y aurais pas cru.» Elle a pourtant obtenu la mention «très

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant