Schumacher : faut-il "s'attendre au pire" ?

le
0
Ce qui m'inquiète, c'est ce qui va se passer en cas de très mauvaises nouvelles, explique le docteur Hartstein.
Ce qui m'inquiète, c'est ce qui va se passer en cas de très mauvaises nouvelles, explique le docteur Hartstein.

Depuis l'accident de ski dont a été victime Michael Schumacher à Méribel, les motifs d'inquiétude sont nombreux et très vite propagés, réseaux sociaux obligent. Cela fait trois mois que l'ex-pilote de Formule 1 est soigné au CHU de Grenoble. Et depuis deux mois maintenant, les équipes médicales dirigées par le professeur Jean-François Payen ont entamé la phase dite de réveil. La nouvelle annoncée par Sabine Kehm, la porte-parole de la famille de Schumacher, avait été relayée, puis saluée comme une avancée majeure. "L'état végétatif intervient un an après le coma" Sauf que, depuis, les nouvelles se font rares. La rumeur médiatique rapporte que l'ancien pilote Ferrari aurait même perdu une vingtaine de kilos. Pourtant, dans l'entourage du champion, c'est silence radio. Alors que tardent de nouvelles informations "officielles", le médecin urgentiste Gary Hartstein, ne cache pas sa préoccupation. Ce spécialiste, ancien délégué médical de la FIA, publie occasionnellement des articles sur son blog où il commente les soins prodigués à Michael Schumacher. Une voix en forme de haut-parleur, comme en témoignent les chiffres de fréquentation de son site et de son compte Twitter qui se sont envolés depuis l'accident du champion. Mais une voix dont la véracité de l'information ne se mesure pas, bien entendu, à ces chiffres. Précisons aussi que ce médecin, urgentiste à la FIA dans les années 2000, fut écarté par Jean Todt fin...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant