Schrameck contre la fusion CSA-Arcep

le
0
Le futur président du Conseil supérieur de l'audiovisuel fait des télévisions locales, « importantes pour la vie démocratique », l'un de ses chantiers prioritaires.

Oui à un rapprochement, mais non à une fusion entre le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et l'Arcep, le régulateur des télécoms. Pour Olivier Schrameck, auditionné hier par les parlementaires dans le cadre de sa nomination à la tête du CSA, la recommandation est claire: mieux vaut une «coopération» qu'une fusion, car tout «changement structurel profond» entraîne un «coût parfois inattendu et une lourdeur souvent inévitable». Pour autant, il estime que «la coopération» entre le CSA et l'Arcep a «vocation à se renforcer grandement». Car «à l'heure de la télé connectée, le téléspectateur devient un internaute. Aussi faut-il approfondir la corégulation». Il a ajouté qu'il envisageait aussi de renforcer les relations «déjà substantielles» avec l'Autorité de la concurrence, ainsi que celles, «plus...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant