Scholes, l'art né des ombres

le
0

Devenu aujourd'hui un consultant apprécié dans le PAF britannique (BT Sport), Paul Scholes a passé toute sa carrière à fuir les médias. Le devant de la scène, très peu pour lui. Un caractère à l'image du joueur qu'il était : simple, sobre, mais criant de justesse.

Paul Scholes est un timide. Un grand timide. Pas vraiment le charisme incarné. Il n'aime pas les interviews. D'ailleurs, il ne s'est pas emmerdé avec un agent. Il n'aime pas non plus les compliments. Scholes a deux familles : les siens et Manchester United. En près de deux décennies en pro chez les Red Devils (1994-2011 et 2012-13), le "Cantona roux" s'est construit un palmarès en béton : 2 C1, 11 Premier League, 3 Cup, 2 League Cup, 1 Coupe Intercontinentale, 1 Mondial des clubs… Et pourtant, les rares fois où il a été nommé pour le Ballon d'Or (2004 et 2007), il n'a jamais recueilli la moindre voix des votants.

"Ce moment où j'attendais que le monde s'effondre autour de moi"


Le jour où le Ginger Genius a attiré la lumière des projecteurs, c'était en demi-finale retour de la Ligue des champions 2007-08. Manchester United reçoit le Barça des 4 Fantastiques - Eto'o, Henry, Messi, Ronaldinho -, mais c'est Scholes qui endosse le costume du héros. Presque un quart d'heure de jeu à l'horloge lorsque le milieu de terrain récupère une relance foireuse de Zambrotta : Scholesy contrôle, puis envoie une demi-volée splendide de l'extérieur du pied dans la lucarne de Valdés. C'est son bijou qui qualifie MU (0-0, 1-0), avant la victoire finale contre Chelsea, au bout du suspense des tirs au but.

Youtube

Pourtant, lorsqu'il s'agit de se remémorer cette soirée glorieuse et le but le plus important de sa carrière, le milieu de terrain a une anecdote en tête. "C'est un moment que je n'oublierai jamais", assure-t-il. Alors que le match vient à peine de démarrer, Lionel Messi profite d'une erreur de Patrice Evra pour s'infiltrer aux abords de la surface. "J'ai taclé, Messi s'est écroulé", reprend Scholes. Old Trafford retient son souffle : penalty ? Scholes bluffe en désignant l'extérieur de la surface. L'arbitre accorde un coup franc au Barça. "Alors OK, j'ai…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant