Schlumberger rachète pour 10 milliards de dollars d'actions

le
0
SCHLUMBERGER BAT LE CONSENSUS
SCHLUMBERGER BAT LE CONSENSUS

(Reuters) - Schlumberger, le numéro un mondial des services parapétroliers, a publié jeudi un bénéfice trimestriel légèrement supérieur aux attentes, grâce à ses réductions de coûts, et annoncé un programme de rachat d'actions de 10 milliards de dollars (9,2 milliards d'euros).

Le titre gagnait près de 2% à 62,50 dollars dans les transactions électroniques à Wall Street.

Le groupe a précisé avoir procédé à 10.000 suppressions de postes au quatrième trimestre. Depuis novembre 2014, ce sont 34.000 emplois qui ont été éliminés, soit 26% des effectifs, a précisé le porte-parole Joao Felix.

Ces réductions d'effectifs et des dépréciations d'actifs ont entraîné une charge de 1,46 milliard de dollars au quatrième trimestre, qui a plombé les comptes du groupe.

Le trimestre s'est ainsi soldé par une perte nette part du groupe de 1,02 milliard de dollars, soit 81 cents par action, contre un bénéfice de 302 millions (23 cents/action) un an plus tôt. Hors charges, l'entreprise a dégagé un bénéfice par action de 65 cents, deux cents de plus que le consensus établi par Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires, en baisse de 39% à 7,74 milliards de dollars, a manqué le consensus qui était à 7,78 milliards mais le groupe a dit avoir tout autant réduit ses coûts.

"Clairement ce sont les réductions de coûts qu'il faut regarder, et Schlumberger est très agressif en la matière", commente Rob Desai, analyste chez Edward Jones. "Pendant un temps, les sociétés de service ont conservé leur personnel dans l'espoir d'une reprise du marché mais ce n'est manifestement plus d'actualité."

Le groupe dit en effet ne pas entrevoir de redressement des cours du brut. "Avec moins de 700 puits en activité aux Etats-Unis l'an dernier, une chute de 68% par rapport au pic de 2014, les surcapacités massives du marché des services à terre ne laissent pas espérer de redressement des prix à court ou moyen terme", déclare le directeur général Paal Kibsgaard dans le communiqué de résultats.

Les grandes compagnies pétrolières qui font appel aux services de Schlumberger et sociétés du secteur ont réduit leurs investissements de 50 à 70% en réaction à la chute des cours du brut, qui sont à leur plus bas niveau depuis 2003.

Dans une étude récente, Barclays a estimé qu'elles pourraient encore réduire leurs dépenses de 20% si les prix ne dépassent pas les 40 dollars le baril. Ils sont cette semaine à moins de 30 dollars, sous la pression d'une offre de brut excédentaire et du ralentissement de la demande chinoise.

Schlumberger a dit s'attendre à boucler dans le courant du premier trimestre l'acquisition de l'équipementier Cameron International, une opération d'un montant de 14,8 milliards de dollars annoncée en août.

Le programme de rachat d'actions prend la suite d'un précédent, de 10 milliards de dollars également, lancé au troisième trimestre 2013.

L'action Schlumberger a fini la séance de jeudi en hausse de 0,64% à 61,45 dollars. Sur les 12 derniers mois, le titre a perdu environ le quart de sa valeur.

(Swetha Gopinath à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant