Schlumberger porté par l'international, Baker Hughes patine

le
0
SCHLUMBERGER PORTÉ PAR L'INTERNATIONAL
SCHLUMBERGER PORTÉ PAR L'INTERNATIONAL

(Reuters) - Porté par son activité à l'international, Schlumberger a publié vendredi des résultats supérieurs aux attentes pour le septième trimestre consécutif alors que son concurrent Baker Hughes, plus centré sur les Etats-Unis, a manqué le consensus avec des bénéfices en baisse de 45%.

Schlumberger, le numéro un mondial des services pétroliers, a accru son bénéfice net de 49% à 2,1 milliards de dollars (1,6 milliard d'euros) au deuxième trimestre, soit 1,57 dollar par action, contre 1,4 milliard (1,05 dollar/action) un an plus tôt.

Hors éléments exceptionnels, le résultat par action ressort à 1,15 dollar, cinq cents de plus que le consensus établi par Thomson Reuters I/B/E/S.

Baker Hughes, le numéro trois mondial, a au contraire vu son bénéfice reculer de près de moitié à 240 millions de dollars, soit 54 cents par action. Hors exceptionnels, le bénéfice par action atteint 61 cents alors que le consensus était de 65 cents.

Son chiffre d'affaires a progressé de 3% à 5,5 milliards de dollars, à comparer à une croissance de 8% à 11,18 milliards pour Schlumberger.

Schlumberger, qui réalise les deux tiers de son activité hors de l'Amérique du Nord, a fait état d'un rebond des projets d'exploration et de forage en Chine et en Australie et d'une poursuite de la croissance sur ses marchés clés d'Arabie saoudite et d'Irak.

Baker Hughes a pâti pour sa part de la baisse des marges en Amérique du Nord, conséquence de la baisse des cours du gaz naturel en raison de l'exploitation massive des gisements de gaz de schiste.

Son directeur général Martin Craighead promet toutefois un redressement des marges au troisième trimestre.

A Wall Street, l'action Schlumberger s'adjuge 4,78% à 82,23 dollars vers 15h35 GMT, après un plus haut depuis deux ans de 82,48, tandis que Baker Hughes décroche de 3,34% à 47,44.

Les deux titres restaient sur des hausses d'environ 10% sur les trois derniers mois.

Braden Reddall à San Francisco, Sayantani; Ghosh et Thyagaraju Adinarayan à Bangalore, Véronique Tison pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant