Schlumberger: le géant parapétrolier manque de visibilité.

le
0

(CercleFinance.com) - Baromètre du secteur parapétrolier, le groupe Schlumberger, l'une des grandes valeurs de la cote parisienne, s'en est relativement bien sorti en 2015 : en échappant aux pertes, il confirme la qualité de sa gestion. Reste que les tendances de ses marchés se sont encore dégradées dernièrement, et que la direction se garde bien de prévoir le retournement du cycle à court terme.

Schlumberger a beau ne pas être basé en France - son siège social est administrativement, sinon fiscalement situé aux Antilles néerlandaises -, son action est également négociée à la Bourse de Paris pour des raisons historiques liée aux familles Seydoux-Schlumberger.

Pesant environ 80 milliards de dollars, il s'agit même d'une des valeurs les plus capitalisées à Paris, puisqu'elle se classe ainsi, et grosso modo, entre L'Oréal et LVMH. Qui sont respectivement le 3e et 4e plus importantes valeurs françaises, après Sanofi et Total.

Publiés la semaine dernière, les résultats annuels de 'Schlum', leader mondial des services parapétroliers, ont été salués en Bourse. Il faut dire qu'ils ont de quoi impressionner : alors que les groupes comme CGG, lui aussi présent dans les services géophysiques, ou Seadrill alignent les pertes, Schlumberger a réussi à 'sortir' plus de deux milliards de dollars de résultat net part du groupe en 2015. Même si ce chiffre chute de près de 62%, il demeure positif alors que le numéro deux du secteur Halliburton, lui, a terminé l'exercice dans le rouge.

La marge opérationnelle de Schlumberger mérite elle aussi une mention spéciale : un peu comme celle de LVMH et de L'Oréal au premier semestre 2015, celle de 'Schlum' est ressortie en 2015 à 18,4%. Elle a certes baissé de 3,4 points de pourcentage en un an mais se montre résistante, surtout relativement à un CA annuel en baisse de 27% - et même de 39% au seul 4e trimestre.

En effet, Schlumberger est présent sur les segments les plus rentables de l'industrie parapétrolière. Il est de plus relativement moins exposé que ses grands concurrents au marché américain, le plus important du monde

or selon le PDG Paal Kibsgaard, en 2015, jamais les dépenses parapétrolières des Etats-Unis n'avaient autant baissé depuis... 1986. Mais chez 'Schlum', l'international (soit hors des Etats-Unis) concentre plus des deux tiers du CA, et cette branche est plus résistante tant en termes de CA (- 21% contre - 39% pour l'Amérique du Nord) que de marge (23,6%, quasi-stable, contre 10,2%, en forte baisse). Le groupe entretient des liens durables et solides avec les compagnies pétrolières nationales, notamment au Moyen-Orient.

De plus, le groupe n'a pas lésiné sur les restructurations l'an dernier, en supprimant des dizaines de milliers d'emplois, ce qui explique la résistance des comptes annuels.

Et les perspectives ? Avec un cours du pétrole qui a encore baissé de 20% depuis le début de l'année, les dépenses d'exploration des 'majors' sont toujours plus sujettes à cautions. D'autant que l'Energy Information Agency (EIA) prévoit que la production américaine de pétrole brut, revenue de son sommet de 9,6 millions de barils/jour en juin à 9,2 millions de barils/jour actuellement, devrait encore baisser tout au long de l'année. Et avec elle les dépenses associées.

En outre au 4e trimestre, la marge de “Schlum” est tombée à 16,6% et il a accumulé des pertes nettes dépassant le milliard de dollars.

Le patron du groupe se garde bien de se montrer optimiste, en prévoyant 'la prolongation de la faiblesse du marché durant le premier semestre 2016', ce qui a justifié la dernière “charrette” de 10.000 postes organisée au 4e trimestre.

'Dans cet environnement incertain, nous continuons à nous concentrer sur les éléments que nous contrôlons', ajoute M. Kibsgaard, qui se déclare 'constructif' quant à ses grands marchés, mais 'à moyen terme' seulement.

EG


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant