Schengen : Bruxelles défend la création de gardes-frontières supra-nationaux

le
0
Schengen : Bruxelles défend la création de gardes-frontières supra-nationaux
Schengen : Bruxelles défend la création de gardes-frontières supra-nationaux

Le projet présenté mardi devant le Parlement européen risque de faire grincer des dents. Pour reprendre le contrôle de ses frontières extérieures, la Commission européenne propose la création d'un corps européen de gardes-frontières et de gardes-côtes qui pourrait se déployer y compris dans un Etat récalcitrant, en passant outre la souveraineté des Etats membres. Un projet qu'elle présente comme  «nécessaire» pour «rétablir la sécurité».

L'enjeu est d'éviter que le chaos aux frontières extérieures ne provoque la fin de la libre circulation dans l'espace Schengen, un des piliers de l'UE. Selon la Commission, il y a eu près de 1,5 million de franchissements illégaux de frontières depuis janvier, par des migrants poursuivant leur route sans être dûment enregistrés. Cette situation a conduit plusieurs pays, comme l'Allemagne, l'Autriche ou encore la Suède, à rétablir provisoirement des contrôles aux frontières intérieures, illustrant la confiance perdue dans le rôle de filtre des pays en première ligne. Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait plaidé dans ce sens début octobre.

Bâti sur les bases de Frontex

Les Etats membres «ne sont pas préparés» à faire face, a fait valoir vendredi le Commissaire européen aux migrations, Dimitris Avramopoulos, plaidant pour «quelque chose de plus complet et de mieux structuré» que les outils actuels et qualifiant le nouveau corps européen de «projet audacieux».

Bâti sur les bases de l'agence européenne Frontex, il pourrait être doté d'un effectif de quelque 1.000 personnes à l'horizon 2020. Et «les Etats membres devront rendre disponibles au moins 1.500 gardes-frontières» mobilisables en quelques jours, est-il indiqué dans un document de la Commission consulté par l'AFP, alors que les Etats membres tardent actuellement à fournir à Frontex des moyens humains.

Surtout, «dans des situations urgentes», le nouveau corps «doit être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant