Schäuble réticent face aux projets d'achats de titres de la BCE

le
0

BERLIN, 25 septembre (Reuters) - Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a exprimé publiquement jeudi ses réticences face à la perspective de voir la Banque centrale européenne (BCE) acheter des prêts titrisés et des obligations sécurisées, arguant de leurs implications pour les missions de supervision de l'institution. La BCE doit assumer à partir de novembre la supervision d'environ 120 des principales banques de l'Union européenne, parmi lesquelles 21 établissements financiers allemands. Pour Wolfgang Schäuble, la banque centrale doit séparer sa politique monétaire et ses missions de supervision bancaire "aussi strictement que possible (...) pour éviter toute apparence de conflit d'intérêts". Pour cette raison, a-t-il déclaré au Bundestag, "je ne suis pas particulièrement satisfait du débat entamé par la BCE sur l'achat de produits de titrisation". Dans le cadre des mesures exceptionnelles annoncées depuis juin pour tenter de relancer le crédit et soutenir la reprise dans la zone euro, la BCE prévoit d'acheter des tranches senior d'ABS (asset-backed securities), des émissions de titres adossées à un portefeuille de créances. Elle pourrait aussi acheter des tranches plus risquées, dites "mezzanine", si les 18 pays de la zone euro acceptent d'apporter les garanties nécessaires. Les gouvernements de la zone euro ont des opinions divergentes sur ce point, l'Allemagne ayant platement refusé sa garantie au projet. Pour Wolfgang Schäuble, ces rachats équivaudraient à un financement déguisé des Etats par la banque centrale, ce qu'interdisent les statuts de cette dernière. Le ministre allemand a aussi réaffirmé jeudi son opposition à l'utilisation des fonds du Mécanisme européen de stabilité (MES) pour soutenir la croissance et l'emploi. Le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, cherche à mobiliser des capitaux pour un tel soutien et un journal allemand a rapporté samedi que certains de ses conseillers prônaient l'utilisation des fonds du MES. ID:nL6N0RL0YR "Les 80 milliards d'euors du mécanisme de renflouement européen ne sont pas à la disposition de toutes les idées créatives", a dit Wolfgang Schäuble. "Ils constituent une provision pour assurer que la monnaie européenne reste stable et conserve la confiance des marchés financiers." (Stephen Brown et Madeline Chambers,; Marc Angrand pour le service français, édité Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant