Schäuble, confidences en fauteuil roulant

le
0
Atteint de trois balles par un déséquilibré en octobre 1990, l'homme fort du gouvernement Merkel évoque longuement son handicap pour la première fois dans un magazine allemand.

Correspondant à Berlin

Depuis qu'un déséquilibré a fait basculer sa vie le 12 octobre 1990 en tirant trois coups de revolver sur lui, Wolfgang Schäuble s'est contenté de qualifier l'événement tragique: «cette merde». Sans jamais évoquer le handicap qui a bouleversé sa trajectoire politique. Dans un entretien au magazine allemand Capital, le ministre allemand des Finances, souvent dépeint comme l'homme de fer de la chancelière dans les négociations européennes, livre quelques rares confidences sur son parcours en fauteuil roulant et ses répercussions sur sa vie politique.

Ministre de l'Intérieur, négociateur de l'accord de réunification avec la RDA, Schäuble était considéré comme le dauphin du chancelier Helmut Kohl avant l'attentat. L'affaire des caisses noires de son parti conservateur et son handicap ont eu raison de son ambition pour la chancellerie. Mais Schäuble, qui avait déjà dû renoncer au tennis et aux promenades dans la Forêt noire, n'a jamais ab

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant