Schäuble admet que la Grèce a besoin d'une décote, mais l'exclut

le
69
WOLFGANG SCHÄUBLE ADMET QUE LA GRÈCE A BESOIN D'UNE DÉCOTE MAIS L'EXCLUT
WOLFGANG SCHÄUBLE ADMET QUE LA GRÈCE A BESOIN D'UNE DÉCOTE MAIS L'EXCLUT

FRANCFORT (Reuters) - Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a reconnu pour la première fois jeudi que l'effacement d'une partie de la dette de la Grèce pourrait être nécessaire pour la rendre supportable, mais il a immédiatement exclu cette éventualité.

Exposant une position paradoxale qui risque de compliquer un peu plus les discussions en cours, Wolfgang Schäuble a déclaré que les règles européennes empêchaient d'effacer une partie des créances sur la Grèce, quel que soit l'impact théorique d'une telle mesure.

Ces propos suggèrent que le ministre allemand estime désormais impossible de résoudre le problème des finances publiques grecques dans le cadre des règles communautaires.

"La soutenabilité de la dette ne peut être atteinte sans décote, le FMI a raison de le dire" a-t-il dit lors d'une conférence organisée par la Bundesbank à Francfort, avant d'ajouter: "Il ne peut y avoir de décote car cela serait contraire aux règles de l'Union européenne."

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, insiste pour placer la question d'une réduction du fardeau de la dette de son pays au coeur des discussions en cours sur l'éventualité d'un troisième plan d'aide.

Mais à trois jours de la date limitée fixée par ses partenaires européens, il se heurte toujours sur ce point à l'hostilité affichée de plusieurs Etats membres de l'Union, dont l'Allemagne.

(John O'Donnell et Balazs Koranyi, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kejocol le vendredi 10 juil 2015 à 15:58

    mais qui paie la decote, les deputes Européens qui ont accepte tous les prets a la GRECE.???? moi aussi, je vais demander une decote de mes emprunts, je vois bien la tete de mon banquier !!!!

  • M9977789 le vendredi 10 juil 2015 à 11:15

    sans oublier, bien pratique de faire de l'allemagne une zone tampon entre l'ouest et le bloc soviétique.Donc remettre sans cesse sur la table la fameuse remise de dette sans évoquer le contexte géopolitique du moment est une preuve d'ignorance totale... n'est ce pas M Piketti?

  • M9977789 le vendredi 10 juil 2015 à 11:10

    Heureusement, les historiens commencent aujourd'hui à pointer la responsabilité francaise sur les événements post WW1... Mea culpa que nos politicards sont incapables de faire, tout occupés à glorifier le 11 nov.

  • M9977789 le vendredi 10 juil 2015 à 10:46

    Un truc qui me fait délirer, la mémoire historique courte des francais. Pour bcp, l'histoire commence à la WW2 voire en 1953 avec la remise de dette. Certains, un peu plus instruits, vont jusqu'à la WW1 et la dette de guerre écopée par l'allemagne pour réparations

  • stmaster le vendredi 10 juil 2015 à 09:41

    Ce que je disais depuis le début se confirme.Papa Obama a dit à tout le monde : calmez-vous et trouvez une solution, je vous l'ordonne (poliment).

  • stmaster le vendredi 10 juil 2015 à 08:59

    C'est exactement ça M8657715 et je rajouterai FH et MV promènent les français.

  • M2941863 le vendredi 10 juil 2015 à 08:57

    la France en est de 65 milliards de sa poche ! çà suffit, pas de décote pour un pays qui a faussé ses comptes et vit bien au dessus de ses moyens.

  • M8657715 le vendredi 10 juil 2015 à 08:41

    Les rôles sont bien répartis. Tsipras promène les grecs. Schäuble promène les allemands. A chacun ses ouailles.

  • M2061328 le vendredi 10 juil 2015 à 06:16

    C'est quoi cette blague, à quoi jouent ils tous ces gens "Schäuble admet que la Grèce a besoin d'une décote, mais l'exclut" vont ils encore emprunter à la BCE à taux 0/1 % pour reprêter derrière à 8/10 - la solidarité entre états serait elle de s'engraisser sur le dos de la misére des autres - Qu'ils effacent les interets comptabilisés -

  • M8657715 le jeudi 9 juil 2015 à 21:56

    Soyez magnanimes. Ne soyez pas aussi dur(e)s avec mon ami Wolfgang. Yanis Varoufakis.

Partenaires Taux