Schalke, l'instabilité permanente

le
0
Schalke, l'instabilité permanente
Schalke, l'instabilité permanente

Alors que cette année, avec un nouvel entraîneur et une nouvelle politique sportive, devait être plus tranquille que les précédentes, Schalke 04 est bien vite retombé dans ses travers. Au point que beaucoup se demandent si le club arrivera un jour à sortir de la zone de turbulence pour de bon.

"Ne vous inquiétez pas : dimanche, cela ne se passera pas ainsi. " Ralf Fährmann a beau essayer d'être positif malgré une défaite (3-0) face au promu Ingolstadt, il sait que le momentum n'est pas vraiment avec son équipe à une semaine du Revierderby. À quelques journées de la fin du championnat, le club de la Ruhr pointe à la 7e place au classement et pourrait ne pas obtenir son ticket pour la Ligue des champions, voire même pour la Ligue Europa - ce qui constituerait une première depuis 2009. La faute à une absence totale de régularité. Comme chaque année en somme. Pourtant, au début de la saison, l'optimisme était de rigueur à Gelsenkirchen. Si aucun objectif concret n'avait été évoqué par la présidence, le jeu mis en place par André Breitenreiter avait rapidement séduit les supporters et les joueurs. Au mois de septembre, le club avait même réussi l'exploit de gagner cinq matchs de suite.

Le FC Schalke 04 et la mauvaise réputation
Mais depuis, si le jeu est parfois encore au rendez-vous, les résultats ne sont plus vraiment là. Certaines défaites ont fait très mal, notamment celle contre le Shakhtar en 16es de Ligue Europa, ou encore contre Gladbach dès le deuxième tour de la Pokal. Finalement, après des mois d'accalmie, le cirque a repris du côté de Gelsenkirchen. Les anciennes gloires ou entraîneurs se sont remis à parler tous les deux jours des problèmes de Schalke dans la presse. Lors de l'un des derniers entraînements avant le derby, plusieurs personnes ont envahi la pelouse pour expliquer leur mécontentement à Ralf Fährmann, pourtant un des seuls Knappen à n'avoir rien à se reprocher cette année. Résultat : la session a duré beaucoup moins longtemps que prévu, et tous les joueurs ont été renvoyés chez eux. Pour préparer un des derbys les plus importants de ces dernières années, on a connu mieux. Mais Schalke ne serait pas Schalke s'il ne se compliquait pas la vie, qui plus est au moment le plus important de la saison.

Tout pour plaire


Pourtant, sur le papier, Schalke a tout pour réussir : un stade ultra-moderne, des supporters passionnés, de l'argent, une histoire, des anciennes gloires stylées... Théoriquement, le club n'a…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant