Scènes de "cauchemar" dans le foyer guatémaltèque incendié

le
0
    CIUDAD DE GUATEMALA, 10 mars (Reuters) - Les médecins qui 
soignent les victimes d'un incendie dans un foyer pour mineurs 
du Guatemala se sont dits horrifiés, jeudi, de la gravité des 
brûlures des jeunes filles qui ont réchappé de justesse à la 
mort. 
    L'incendie qui s'est déclenché mercredi dans un foyer pour 
adolescents ayant été victimes de violences ou en difficulté à 
25 km de Ciudad de Guatemala, la capitale, a fait au moins 34 
morts, selon le dernier bilan communiqué par les autorités. 
Vingt-quatre blessés sont encore dans un état critique. 
    "Je fais ce travail depuis 29 ans. Ce que j'ai vu hier était 
digne d'une scène de Dante", a déclaré Juan Antonio Villeda, 
directeur de l'hôpital San Juan de Dios où sont soignées 17 
victimes grièvement brûlées. 
    Les autorités cherchent toujours à déterminer si le drame a 
été provoqué par un groupe de jeunes filles qui avaient été 
placée à l'isolement après s'être rebellées et avoir tenté de 
fuir le foyer où de nombreux jeunes auraient été victimes par le 
passé de sévices, notamment sexuels. 
    L'établissement avait, d'après la presse, 540 pensionnaires, 
en dépit d'une capacité officielle de 400. 
    Le porte-parole de la présidence guatémaltèque, Heinz 
Heimann, a déploré le fait que des victimes de violences aient 
dû cohabiter à l'intérieur du foyer avec des mineurs condamnés 
pour agression. 
    Le Guatemala est le pays d'Amérique latine qui connaît les 
pires taux de malnutrition des enfants et de violences urbaines, 
imputées notamment aux gangs comme la Mara Salvatrucha, qui 
recrute et exploite souvent des mineurs. 
     
 
 (Sofia Menchu; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant