Scandales pédophiles : la parole aux prêtres

le
0
Scandales pédophiles : la parole aux prêtres
Scandales pédophiles : la parole aux prêtres

C'est, dans une atmosphère qui s'annonce lourde, l'heure de prendre le pouls de la base, celui des curés des paroisse. Mgr Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, réunit aujourd'hui les prêtres qui dépendent de lui pour évoquer les scandales de pédophilie et d'agressions sexuelles éclaboussant depuis trois mois le diocèse.

Le cardinal est lui-même au cœur de la tourmente, visé par cinq plaintes qui l'accusent de ne pas avoir dénoncé à la justice les agissements de religieux prédateurs dès qu'il en a eu connaissance. Qu'en pensent les quelque 400 serviteurs de Dieu sous son autorité qui, jusque-là, sont restés très discrets, respectant scrupuleusement les consignes de « prudence » de l'archevêché à l'égard des médias ? Pour le savoir, nous avons sollicité, essentiellement par courriel, une centaine de prêtres du diocèse de Lyon, leur promettant de préserver leur anonymat. Seulement cinq d'entre eux ont répondu à nos questions, par mail ou par téléphone. Au sein du clergé, la parole ne s'est pas encore publiquement libérée.

Le père Etienne : « Le cardinal n'a pas respecté la loi »

Le père Etienne* ne répondra pas à l'invitation du cardinal Barbarin. « Je n'y vois pas d'enjeux majeurs. D'une réunion, on ne peut pas attendre de résultats extraordinaires. Un diocèse, c'est une monarchie, c'est l'évêque qui prend toutes les décisions, il n'y a pas d'assemblées législatives, juste des conseils qui donnent leurs avis », précise-il. Ce prêtre expérimenté de la banlieue lyonnaise n'est ni un détracteur ni un supporteur de l'archevêque. Il est critique, tout en lui trouvant des circonstances atténuantes.

« Globalement, au sein du clergé, on est assez choqué de sa façon de faire. Les règles sont claires et nettes : quand on est au courant de faits de pédophilie, on doit prévenir la justice. Il n'a pas respecté la loi. C'est une erreur, même si à tout péché miséricorde », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant