Scandale Prism : la NSA aurait aussi espionné l'Union européenne

le
1
Selon le Spiegel , les services de renseignement américains surveillaient dans le cadre du programme de surveillance Prism plusieurs bureaux de l'UE, à Bruxelles, New York et Washington.

L'Union européenne a fait partie des «cibles» de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA), accusée d'espionner les communications électroniques mondiales dans le cadre du programme Prism, écrit le Spiegel à paraître dimanche. L'hebdomadaire allemand fonde ses accusations sur des documents confidentiels dont il a en partie pu avoir connaissance grâce à l'ancien consultant américain de la NSA Edward Snowden, à l'origine des révélations sur Prism.

Dans l'un d'eux, daté de septembre 2010, classé «strictement confidentiel», la NSA décrit comment elle espionnait la représentation diplomatique de l'Union européenne à Washington. Il s'agissait non seulement de micros installés dans le bâtiment, mais aussi d'une infiltration du réseau informatique qui lui permettait de l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yt75 le dimanche 30 juin 2013 à 20:16

    Et si cette affaire calmait un peu le viol du terme virtuel au sujet d'internet numérique et compagnie, viol avec lequel quasi tt le monde s'est amusé depuis le début des nineties, par là ?Ce serait pas mal non ? Et permettrait peut être aussi de considérer les choses un peu sérieusement.Par exemple au sujet d'Idenum : http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/