Scandale nucléaire au Japon

le
1
Outre les négligences de l'exploitant TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany), l'accident nucléaire de Fukushima (Japon) a-t-il été favorisé par le laxisme de certains décideurs ?
Outre les négligences de l'exploitant TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany), l'accident nucléaire de Fukushima (Japon) a-t-il été favorisé par le laxisme de certains décideurs ?
Plusieurs membres de l'équipe gouvernementale auraient été rétribués par des acteurs du secteur.
Les associations de protection de l'environnement ne pouvaient rêver meilleur scandale pour légitimer leurs accusations récurrentes de connivences. Depuis des années, elles reprochent à la filière nucléaire son opacité, en particulier en France et au Japon, voire des relations « inconvenantes » entre ses principaux responsables et les pouvoirs publics. Une aspiration fondée au regard de la polémique survenue dans le pays du soleil levant après les révélations de l'Autorité nationale de régulation nucléaire, selon laquelle « quatre membres de l'équipe gouvernementale établissant des normes de sécurité des réacteurs atomiques (auraient) reçu des financements de compagnies énergétiques ou de fabricants », rapportent nos confrères d'Associated Press (AP).
Des financements qui ne sont certes pas illégaux, mais qui sèment le trouble sur les décisions énergétiques prises avant l'accident de Fukushima, en mars 2011. Alors que l'opérateur TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany) a fini par admettre avoir délibérément minimisé le risque de tsunami sur la centrale accidentée, il y a désormais matière à se demander si Akio Yamamoto, professeur de l'Université de Nagoya s'étant vu accorder des subventions pour ses recherches au cours des trois dernières années, dont près de huit cent mille euros émanant précisément de l'exploitant, n'a
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2606534 le mardi 6 nov 2012 à 20:29

    Vu ce que nous impose l'Autorité de Sûreté du Nucléaire en France, on ne doit pas les payer chers en back-chich nos politicards...