Scandale Fifa - Prince Ali, l'homme de l'Ouest

le
0
Le prince Ali bénéficie du soutien indéfectible de Michel Platini.
Le prince Ali bénéficie du soutien indéfectible de Michel Platini.

Il est jeune, il est riche et jouit d'une image positive dans le monde sportif. Le prince jordanien Ali Ben Hussein, troisième fils du roi Hussein, demi-frère du roi Abdallah II, est l'adversaire déclaré de Sepp Blatter pour la course à la présidence de la Fifa. Il a tout pour plaire. Et pourtant, les médias et grand nombre d'acteurs du football lui prédisent une large défaite à l'issue du 65e congrès, malgré le scandale de corruption planétaire qui entache le mandat du président sortant.

Il faut dire que le challenger pâtit d'un cruel manque d'expérience, comparé à l'omnipotent Sepp Blatter, président de la Fifa depuis 1998 mais qui tire les ficelles depuis 1981, année de sa nomination comme secrétaire général de la fédération mondiale. Le prince Ali, lui, ne préside la (petite) fédération jordanienne de football que depuis 2009 et est vice-président de la Fifa pour l'Asie depuis 2011. Alors, même s'il a su se créer un important réseau au sein de l'institution et en dehors avec les soutiens de grands noms comme Maradona, même s'il bénéficie d'une réelle légitimité grâce à son projet de développement du football asiatique (AFDP, à but non lucratif) qui a pour vocation de développer le football à travers l'Asie, en particulier auprès des jeunes et des femmes, il paraît encore trop tendre pour inverser les pronostics.

Anglo-saxon compatible

L'Europe et les États-Unis soutiennent publiquement sa...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant