Scandale des écoutes au Luxembourg : le Premier ministre Juncker démissionne

le
0
Scandale des écoutes au Luxembourg : le Premier ministre Juncker démissionne
Scandale des écoutes au Luxembourg : le Premier ministre Juncker démissionne

Jean-Claude Juncker, Premier ministre du Luxembourg depuis 18 ans et doyen des dirigeants européens, a été contraint à la démission mercredi après la défection de ses alliés socialistes suite à un scandale lié au service de renseignement. «Je convoque un conseil de gouvernement demain (mercredi) à 10 heures, et je présenterai la démission du gouvernement au Grand duc», a déclaré M. Juncker devant les députés après sept heures de débat.

Des milliers d'habitants fichés

Mis en cause par une commission parlementaire pour sa «responsabilité politique» dans les dérives du service de renseignement (SREL), il avait accusé cette dernière d'avoir elle aussi failli dans le contrôle des activités de ce service.

Le compte à rebours a commencé en décembre 2012, quand une commission d'enquête parlementaire a été créée après la révélation d'une écoute faite par l'ancien chef du service de renseignement lors d'un entretien dans le bureau même du Premier ministre. Le SREL, placé sous l'autorité hiérarchique du chef du gouvernement, est aussi accusé d'avoir fiché des milliers d'habitants, tenté de déstabiliser un magistrat, sans compter des malversations comme des reventes de voitures de luxe achetées à prix réduit dans les années 2004-2009.

Le climat avait été alourdi par des accusations contre le ministre des Finances, Luc Frieden, soupçonné d'avoir tenté d'étouffer, lorsqu'il était à la Justice, l'enquête sur une série d'attentats à la bombe qui avait traumatisé le pays dans les années 80.

Des élections législatives en octobre

Des élections vont être organisées, probablement en octobre. M. Juncker a indiqué aussitôt qu'il pensait se représenter à un mandat politique dans son pays, sans préciser s'il entendait de nouveau briguer le poste de chef du gouvernement. Les socialistes, ses alliés au gouvernement, l'avaient lâché mercredi après-midi en déposant une motion demandant la dissolution ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant