Scandale des boues rouges : «Je ne lâcherai pas», assure Ségolène Royal

le , mis à jour à 07:34
0
Scandale des boues rouges : «Je ne lâcherai pas», assure Ségolène Royal
Scandale des boues rouges : «Je ne lâcherai pas», assure Ségolène Royal

Il en faut pour ébranler Ségolène Royal. Sur le dossier des boues rouges, Manuel Valls, qui a approuvé la prolongation de l'activité de l'usine Alteo de Gardanne, a recadré vendredi sa ministre. « Je gouverne, je décide, chacun doit être à sa tâche avec l'esprit et le sens du collectif. » Qu'importe, la ministre de l'Environnement ne se déjuge pas et nous rappelle que déverser des polluants dans les calanques n'est simplement « pas acceptable ». L'électron libre du gouvernement attend le résultat des dernières analyses pour remonter au créneau et accélérer la reconversion de l'usine de Gardanne.

 

Vous vous opposez à la décision du Premier ministre d'autoriser le rejet de boues rouges toxiques dans la Méditerranée. Depuis, il vous a rappelé le respect de « l'esprit collectif »...

SÉGOLÈNE ROYAL. Je maintiens ma position. Le préfet sur instruction du Premier ministre a autorisé en décembre la société Alteo à poursuivre ses déchets industriels au cœur des calanques pour six ans. Cette décision n'est à mes yeux pas acceptable. Il ne s'agit pas d'une parole polémique mais d'une parole légitime. Je suis dans mon rôle de ministre de l'Environnement qui s'appuie sur la vérité des faits. Je suis bien placée pour le savoir, je suis à l'origine des investigations chimiques qui ont montré en décembre que la pollution était au-dessus des seuils autorisés. Fin septembre se réunira le comité de suivi indépendant, nous verrons bien ce qu'il en ressortira. Je ne lâcherai pas ce dossier.

 

Est-ce légal de déverser des déchets industriels dans les calanques ?

Il s'agit d'une dérogation à la réglementation nationale. Or je souhaite que la loi s'applique pleinement. Alteo ne respecte pas les seuils de la pollution ni le principe pollueur-payeur, dont — et c'est proprement scandaleux — elle est exemptée. En effet, l'entreprise ne finance pas la dépollution des sous-sols marins, contaminés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant