Scandale de la viande de cheval : l'effroyable trafic révélé

le
0
Scandale de la viande de cheval : l'effroyable trafic révélé
Scandale de la viande de cheval : l'effroyable trafic révélé

La viande de cheval retrouvée dans des plats cuisinés censés contenir 100% de viande de boeuf jette une lumière écoeurante sur l'origine et la qualité des produits vendus par les grandes surfaces, et peut être ailleurs, et pointe l'absence inadmissible d'informations pour le consommateur sur la traçabilité des produits.

Certes, Benoît Hamon, ministre délégué à la Consommation, vient de préciser que ses services de la répression des fraudes (DGCCRF) étaient parvenus à déterminer le circuit de commercialisation de la viande de boeuf dans laquelle de la viande de cheval avait été détectée. Mais le parcours de cette viande laisse rêveur.

Il se confirme ainsi que le fournisseur de Findus en plats cuisinés est l'usine luxembourgeoise Tavola, appartenant au groupe Comigel, qui avait acheté la viande surgelée à l'importateur Spanghero, qui avait lui-même acheté la viande auprès d'un trader chypriote, qui avait lui-même sous-traité la commande à un trader situé aux Pays-Bas, ce dernier s'étant fourni auprès d'un abattoir et d'un atelier de découpe situés en Roumanie... Six nationalités différentes sont ainsi concernées : Suède (Findus), Luxembourg (Tavola), Metz-France (Comigel), Castelnaudary-France (Spanghéro), Chypre (trader), Hollande (trader), et Roumanie (abattoir).

C'est tout simplement incroyable.

Aucune information de traçabilité ne figure sur les étiquettes des produits vendus en magasin (lasagne, hachis parmentier,

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant