Scandale de la Fifa : Platini reste suspendu quatre ans et démissionne de l'UEFA

le , mis à jour à 13:00
0
Scandale de la Fifa : Platini reste suspendu quatre ans et démissionne de l'UEFA
Scandale de la Fifa : Platini reste suspendu quatre ans et démissionne de l'UEFA

Michel Platini ne retrouvera pas son costume de président de l'UEFA (Union européenne de football association) pour l'Euro 2016, qui se déroulera en France du 10 juin au 10 juillet. Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a certes réduit de six à quatre ans sa peine. Mais Platini reste, pour quatre ans donc, suspendu de toute activité liée au football, sanction infligée par la Fifa (Fédération internationale de football association).

Il s'agissait du dernier recours pour l'ancien n°10 et capitaine des Bleus, qui espérait être blanchi par la plus haute juridiction sportive internationale basée à Lausanne (Suisse). Cette affaire l'a déjà contraint à renoncer à briguer la présidence de la Fifa, laissant la voie libre à son n°2 Gianni Infantino, élu nouveau patron de la Fédération.

Dans un communiqué, Michel Platini annonce qu'il «démissionne» de ses fonctions de président de l'UEFA pour «poursuivre (son) combat devant les tribunaux suisses», qui ne sera pas un recours sur le fond de l'affaire. Il vit «comme une profonde injustice» la décision du Tas. 

Dans un communiqué également, la Fédération française de football (FFF) salue en l'ex-sélectionneur de l'équipe de France un «homme qui a toujours œuvré dans l'intérêt du football».

L'UEFA a besoin d'un président pour l'Euro

Au cœur de l'affaire se trouve un paiement de 1,8 million d'euros reçu par Platini, en 2011, de la Fifa pour rémunérer un travail de conseiller de Joseph Blatter, alors président, achevé en 2002 sans contrat écrit. Elle a été révélée en septembre 2015 sur la lancée du vaste scandale de corruption qui ébranle l'instance mondiale et a précipité la chute des deux hommes les plus puissants de la planète football.

Platini et Blatter ont toujours affirmé qu'il s'agissait d'un solde de tout compte sur la base d'un contrat oral, engagement reconnu en Suisse. Cet argument n'a pas convaincu la justice interne de la Fifa qui a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant