Scandale de la Fifa : les confessions de l'ancien vice-président Jeffrey Webb

le , mis à jour à 12:23
0

Jeffrey Webb est passé à table. Les aveux de l'ancien président de la Confédération d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes de football (Concacaf), l'un des protagonistes du scandale de la Fifa, ont été rendus publics lundi par un juge américain. «J'ai abusé de ma position pour obtenir des pots-de-vin pour mon propre bénéfice», a déclaré l'ancien vice-président de la Fédération internationale de football lorsqu'il a plaidé coupable en novembre dernier devant la justice américaine de sept chefs d'inculpation.

Il a reconnu s'être enrichi personnellement entre 2012 et 2014. Webb a également avoué avoir reçu des dessous de table pour la cession de droits commerciaux sur des matchs de qualification pour les Coupes du monde 2018 et 2022 ainsi que pour la Copa America Centenario qui aura lieu en juin.

«Je croyais que de telles pratiques étaient monnaie courante»

«Je croyais que de telles pratiques étaient monnaie courante dans ce business», a confessé le Britannique également détenteur de la nationalité des îles Caïmans. «Je regrette profondément ma participation dans ces pratiques illégales», a-t-il ajouté.

Les confessions d'Alejandro Burzaco, ancien patron d'une compagnie argentine de marketing sportif ont également été publiées. «J'ai eu tort», a-t-il dit en reconnaissant avoir versé des dizaine de millions de dollars à certains dirigeants du football mondial pour obtenir les droits marketing de plusieurs tournois.

Un troisième homme a également vu ses confessions rendues publiques, l'intermédiaire brésilien Jose Marguiles. Lui, Webb et Burzaco sont assignés à résidence et ont accepté de payer 37,5 millions de dollars (environ 33 millions d'euros) en réparation.

Quinze personnes ont plaidé coupable et accepté de coopérer avec la justice américaine dans l'espoir d'une réduction de peine dans le scandale de la Fifa. La justice accuse 40 personnes, dirigeants ou directeurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant