Scandale autour des JO de 2016 et de 2020

le , mis à jour le
0
Les JO de Rio et de Tokyo ont-ils été attribués grâce à des pots de vin ? Une enquête est en cours. 
Les JO de Rio et de Tokyo ont-ils été attribués grâce à des pots de vin ? Une enquête est en cours. 

C'est une enquête dans l'enquête qui s'ouvre. Depuis plusieurs mois, le parquet national financier (PNF) s'intéresse à l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF). Lamine Diack, son ancien président, aurait couvert des cas de dopage chez des athlètes russes. Il a été mis en examen fin 2015 pour corruption passive et blanchiment aggravé. Comme le révèle le Guardian, c'est au travers de cette enquête que le PNF serait tombé sur des éléments qui remettraient en cause l'attribution des JO de 2016 et de 2020. Une enquête pour soupçons de corruption a donc été ouverte début décembre 2015 par le parquet.

Les JO d'athlétisme dans le collimateur du PNF

Contactée par France Info, ce mardi, une source judiciaire explique : « Des éléments matériels de l'enquête déjà en cours sur l'Association internationale des fédérations d'athlétisme nous amènent à vérifier le processus d'attribution des jeux de Rio et de Tokyo. » En janvier, le quotidien Le Monde révélait que lors de l'attribution des JO de Tokyo, Lamine Diack aurait monnayé sa voix contre des contrats de sponsoring à l'IAAF. Son vote était, à l'origine, destiné à la ville d'Istanbul, également candidate. « La Turquie a perdu le soutien de LD (Lamine Diack), car ils n'ont pas payé les 4 à 5 millions de dollars de sponsoring à la Ligue de diamant (le circuit majeur de l'athlétisme mondial) ou à l'IAAF »,...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant