Sayeeda Warsi, coprésidente des Tories, quitte le camp du Brexit

le
0
    LONDRES, 20 juin (Reuters) - Sayeeda Warsi, coprésidente du 
Parti conservateur britannique, a annoncé lundi sa rupture avec 
les partisans d'une sortie de l'Union européenne, qu'elle accuse 
de mener une campagne mensongère et xénophobe, et son ralliement 
au camp du "Bremain", à trois jours du référendum sur le sujet.  
    "Sommes-nous prêts à mentir, à répandre la haine et la 
xénophobie juste pour remporter cette campagne ? Pour moi, c'est 
aller trop loin", dit-elle dans un entretien publié par le 
Times, reprochant aux partisans du Brexit de prétendre que le 
maintien alimentera l'afflux de réfugiés.  
    "Je ne veux pas que le camp de la sortie administre ce pays 
et que le message qui en émane forme le socle de la 
Grande-Bretagne où je vis et élève mes enfants", poursuit 
Sayeeda Warsi, qui a siégé au gouvernement.  
    Un porte-parole du camp du Brexit a dit ignorer qu'elle en 
faisait partie. Elle n'y a pas joué un rôle de premier plan mais 
elle plaidait de longue date pour une sortie de l'UE.  
    Les deux camps se sont faits de plus en plus virulents à 
l'approche du scrutin, jusqu'au meurtre de Jo Cox, députée 
travailliste qui militait pour le maintien. Agée de 41 ans et 
mère de deux enfants, elle a été tuée jeudi à Birstall, près de 
Leeds. 
    Les députés, qui ne devaient pas siéger cette semaine, ont 
été rappelés pour lui rendre hommage ce lundi. La campagne pour 
le référendum de jeudi, suspendue pendant trois jours après son 
assassinat, a repris dimanche.   
      
 
 (Estelle Shirbon, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant