Saxo Banque dévoile ses prévisions chocs pour 2011

le
0
(NEWSManagers.com) -
Saxo Banque a dévoilé le 20 décembre ses prévisions chocs annuelles. Réalisées par les équipes d' analystes à Copenhague, ces prévisions dressent le scénario macro-économique pour 2011. " Prévisions chocs" , car elles se veulent plus pessimistes que celles de l' analyste de marché moyen et parce qu' il est important que les scénarios les moins probables soient pris en compte.

L'exercice proposé par Saxo Bank est basé sur la théorie du " Black Swan" inspirée par le philosophe libanais Nassim Nicholas Taleb qui décrit un événement de type " Black Swan" comme très improbable et possédant trois caractéristiques : il est imprévisible, son impact est très important et la probabilité qu'il se produise est bien élevée que ce qui est annoncé par le consensus.

Cette année, les analystes de Saxo Banque mettent l' accent sur les devises qui pourraient atteindre des niveaux records, à la hausse comme à la baisse, évoquent ce qui pourrait être l' une des acquisitions les plus controversées et s' attardent aussi sur le prix des matières premières ou un potentiel défi politique lancé contre l' autorité de la Fed.

Quelques-unes des prévisions présentées par Saxo Banque


1. Le rendement du bon du Trésor américain à 30 ans recule à 3%

Instiguée par la " guerre des devises" déclarée en 2010, la politique de dévaluation du dollar contraint les pays émergents à investir leurs réserves de dollars dans des bons du Trésor. Hormis le sauvetage des banques américaines, l'assouplissement quantitatif mis en ?uvre par la Réserve fédérale a échoué. La BCE, l'UE et le FMI ne sont pas parvenus à remédier aux maux des pays périphériques (les fameux PIIGS), incitant une kyrielle d'investisseurs déconcertés à se retrancher vers les valeurs refuges américaines. Le sentiment positif s'évanouit en 2011 et le rendement du bon du Trésor à 30 ans recule à 3%.
2. Le dollar australien plonge de 25% face à la livre sterling

Le Royaume-Uni retrouve ses valeurs traditionnelles: les Britanniques travaillent plus dur, ils épargnent davantage et il n'aura pas fallu attendre longtemps avant que la croissance redémarre solidement en 2011. Pour sa part, l'Australie est en proie à l'affaiblissement de son économie du fait d'un durcissement progressif des mesures de la Chine destinées à endiguer son inflation. Outre le marché immobilier australien qui s'apparente à une bulle sur le point d'éclater, le dollar australien pourrait chuter de 25% face à la livre sterling.
3. Le pétrole brut flambe avant de corriger de 30%

Désormais porté par les anticipations macro-économiques fondamentales des investisseurs, et surfant sur la vague euphorisante du redressement de l'économie américaine, le brut s'emballe et franchit le seuil des 100 dollars le baril début 2011. Quelques mois plus tard, il succombe à une correction brutale de 30%.
4. Le gaz naturel bondit de 50%

Début 2011, l'offre de gaz naturel est excédentaire: le ralentissement économique mondial provoque un déséquilibre entre offre et demande depuis deux ans, se traduisant par une baisse des cours à deux chiffres sur toute cette période. Pourtant, la hausse de la demande industrielle, le faible coût historique du gaz par rapport au pétrole brut et au charbon, l'aplatissement de la courbe à terme et la réponse positive aux propositions d'exporter davantage de réserves américaines de gaz naturel concourent à une rentabilité accrue des investissements passifs dans le gaz. Et comme une vague de froid engendre une diminution rapide des stocks, nous tablons sur un bond de 50% du cours du gaz naturel en 2011, ce qui constitue un mouvement inédit depuis 25 ans.
5. L'or atteint 1800 dollars sur fond d'intensification de la guerre des devises

Stimulée par l'amélioration de la conjoncture économique américaine, la " guerre des devises" fait un retour en force en 2011. Le déficit commercial américain se creuse, la pression s'accroît sur la Chine et à mesure que les investisseurs se réfugient dans les métaux, l'once d' or est propulsée à 1800 dollars.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant