Savoir s'aimer moins pour s'aimer mieux

le
0
Le thérapeute de couple et psychiatre Bernard Geberowicz rappelle que la vie de couple ne peut pas être faite que de hauts.
Le thérapeute de couple et psychiatre Bernard Geberowicz rappelle que la vie de couple ne peut pas être faite que de hauts.

Le Point : Vous écrivez que les couples communiquent mal. On parle trop ?

Bernard Geberowicz : Je ne peux pas dire qu'on parle trop, ce serait contradictoire, mais, oui, je remarque que souvent on communique mal. Communiquer, c'est parler à l'autre, et l'écouter. C'est donc vérifier qu'il a bien compris ce que je voulais dire. Idéalement, pour certains sujets sensibles - tel que peut l'être celui de la relation -, c'est aussi être certain qu'il a saisi l'intention de ma démarche. Pour communiquer, il convient donc de créer un contexte dans lequel chacun est disponible pour parler, écouter et comprendre, un moment où chacun essaye de comprendre l'autre, et non de chercher la faille dans le raisonnement.

Pour s'aimer toujours, dites-vous, il importe d'accepter de ne pas s'aimer de temps en temps. Expliquez-nous...

Nous sommes dans une période où chacun a en tête des représentations sur le couple qui, même si elles sont statistiquement exactes, finissent par poser problème. "L'amour dure trois ans", "la passion s'éteint rapidement", "l'arrivée de l'enfant tue le couple", etc. Tout cela conduit ceux qui commencent leur vie de couple à avoir des attentes très précises. Dès que ces attentes sont déçues - parce qu'il est objectivement difficile de mener de front vie amoureuse, vie familiale, développement de la carrière et épanouissement personnel -, la pérennité de la relation est mise en cause. Or, on pourrait aussi bien...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant