Sauveur Carrasso écoeure Toulouse

le
0

Au terme d'une seconde mi-temps très agréable, Toulouse et Bordeaux se séparent sur un match nul qui ne convient à personne. dans la seconde partie de tableau. Les Girondins peuvent remercier Carrasso, sauveteur d'un après-midi, et Toulouse maudire Tongo Doumbia.

Bordeaux 1 - 1 Toulouse

Buts : Regattin (23e) pour le Téfécé // Crivelli (89e) pour les Girondins

Un physiothérapeute pourrait parler de "préparation physique défaillante". Pour un professeur d'économie, le phénomène répondrait davantage d'un "effet d'entrainement". Pour un entraineur de club, c'est surtout une foutue épine dans le pied. Deux blessures dans la première demie-heure pour Toulouse, une pour Bordeaux, déjà décimé. Un joyeux bordel qui n'a pas aidé l'organisation défensive des deux équipes pour un derby de la Garonne pas forcément fou-fou au tableau d'affichage, mais agréablement ouvert en seconde mi-temps. Pile quand Toulouse a commencé à faire le jeu. "Nous sommes chauds comme la braise", avait prévenu cap'tain Jean-Daniel Akpa-Akpro. Une confirmation après le match de cet après-midi : pas besoin de flamber pour être efficace. Pour gagner en revanche...

Regattin ne laisse pas filer sa chance


Prendre des points. La question n'est plus de "lancer sa saison", ou de "régler les automatismes" : dans les couloirs de Chaban-Delmas, Bordeaux comme Toulouse utilisent déjà un vocabulaire de fin de saison. À vrai dire, les girondins semblent également jouer avec les traditionnelles absences de fin de championnat : Sertic, Diabaté, Touré, Sané et Saivet sont laissés de côté après les matchs de Paris et Liverpool, tandis qu'Adrien Regattin prend la place de Wissam Ben Yedder, banni, sur le front de l'attaque toulousaine. Conséquence, le jeu est imprécis : tête, pied, tibia, cheville de Jean-Armel Kana-Biyik, cuisse de Somalia, coup-franc lointain dans les rotules de Cédric Carasso. Ce même Somalia qui, justement, était bien en jambes avant sa sortie sur claquage. Sur l'un de ses débordements côté gauche, il pique son ballon par-dessus la jambe de Cédric Yamberé et transmet pour le promu Regattin, qui parvient sur sa première demie-occasion à remplir une tache trop souvent délaissée par Ben Yedder depuis le début de la saison : marquer. Une belle frappe sèche des 20m, et Carasso est sur le cul (23e).

L'ouverture du score n'est, certes, pas forcément mérité, mais voilà qui a le mérite de réveiller l'appétit de Bordeaux, qui pousse sur les cages de Goicoechea (25e, 27e, 38e) sans rarement cadrer. Le ballon tourne avec difficulté mais les…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant