Sauvetage des retraites complémentaires : le patronat lache du lest

le
4
Sauvetage des retraites complémentaires : le patronat lache du lest
Sauvetage des retraites complémentaires : le patronat lache du lest

Le patronat, en négociations avec les syndicats sur l'avenir des retraites complémentaires, va formuler de nouvelles propositions sur l'abattement dégressif des pensions perçues avant 67 ans, affirme mardi le journal L'Opinion.

«Les nouvelles propositions que le patronat adressera vendredi par courriel aux syndicats» comporteront «plusieurs signes de bonne volonté. De sources concordantes, la décote provisoire appliquée aux salariés prenant leur retraite à 62 ans ne sera plus de 40% mais de 30% (20% à 63 ans, 10% à 64 ans). Elle sera totalement annulée à 65 ans et non plus à 67 ans. Et s'appliquera pour les retraites liquidées à partir de 2019 au lieu de 2017», indique L'Opinion.fr.

Lors de négociations fin mai, le patronat avait campé sur cette mesure phare, l'abattement dégressif sur les pensions complémentaires perçues avant 67 ans, avec, pour un départ à la retraite à 62 ans, une décote de 40% ( 30% à 63 ans, 18% à 64 ans, puis 2% à 65 ans et 1% à 66 ans). Le tout visant à dissuader les salariés de partir «trop tôt» et à rapporter 3,1 milliards d'euros en cinq ans.

En revanche, il avait ouvert la porte à des concessions, notamment sur les pensions de réversion.

Plus question de raboter la pension de réversion

«Plus question de raboter la réversion à 55% de la pension du conjoint décédé ; le taux restera à 60%», croit savoir «L'Opinion».

Les syndicats, qui avaient unanimement rejeté les propositions du patronat fin mai, doivent retrouver le patronat lundi pour une nouvelle séance de négociations qui devait être conclusive. Toutefois, Le président du Medef, Pierre Gattaz, a affirmé mardi que les négociations pour sauver les régimes Agirc (cadres) et Arrco (tous salariés) pourraient se prolonger et la conclusion n'intervenir qu'en septembre.

L'Agirc et l'Arrco ont vu leurs déficits respectifs se creuser à 1,985 milliard et 1,153 milliard en 2014. Faute de mesures, leurs réserves ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • zemmour- le mercredi 17 juin 2015 à 07:12

    Une sacré décote de 30 %........ah, ça c'est une bonne nouvelle !...LOL

  • b.renie le mercredi 17 juin 2015 à 06:35

    On a du mal à comprendre le fil conducteur de ces palabres. Il y a un seul but équilibrer les comptes et il n'y a pas deux façons de le faire. Ce problème est purement et simplement soumis à la démographie et à la situation de l'emploi. A partir de là il n'y a qu'à ....

  • idem12 le mercredi 17 juin 2015 à 06:09

    " Le tout visant à dissuader les salariés de partir «trop tôt» => voilà qui libérera de l’emplois pour les jeunes LOL

  • idem12 le mercredi 17 juin 2015 à 06:07

    LOL classique on arrive avec des propositions datant du début du 19 ième siècle et on "lâche du lest" pour finalement arriver à ce qu'on voulait au départ. Technique classique de négociation. Ils nous prennent vraiment pour des billes.