Sauve-qui-peut dans les ministères : « Assurer ses arrières, rien de plus normal »

le , mis à jour à 07:56
4
Sauve-qui-peut dans les ministères : « Assurer ses arrières, rien de plus normal »
Sauve-qui-peut dans les ministères : « Assurer ses arrières, rien de plus normal »

« Ça frémit », « c'est la panique », « c'est le marché »... Les expressions diffèrent selon les cabinets ministériels mais presque tous connaissent le même frisson : la fin du quinquennat approche, et pour les conseillers ce sera la fin du contrat de travail. « Si tout le monde reste globalement dans une dynamique de travail, tous commencent à glaner des informations sur d'éventuelles opportunités et n'hésitent plus à postuler », lâche un chef de cabinet. Ici, c'est un conseiller qui surfe sur le réseau social professionnel LinkedIn, là une chargée de mission qui oublie son CV dans le bac de l'imprimante. « Les gens essayent d'être discrets... même si la semaine dernière, un conseiller m'a carrément demandé de relire sa lettre de motivation », s'amuse le patron d'un autre cabinet.

Dans cette course au recasage, tous les membres de cabinet ne sont pas à égalité. Les plus précaires sont les contractuels techniques (à l'industrie, l'agriculture, la culture, etc.). « N'étant pas fonctionnaires statutaires, ils n'ont aucune garantie et vivent au rythme de la presse pour qui l'alternance en 2017 ne fait aucun doute », reprend le chef de cabinet. « L'avantage c'est que nous sommes tous spécialisés, donc pas vraiment concurrents. Du coup, on s'entraide, témoigne un de ces précaires. On s'organise une petite bourse d'échange, sur le mode il faut que je te présente machin, t'aurais pas le contact d'un mec là-bas ? » Les conseillers plus politiques, eux, avancent leurs pions pour rejoindre les équipes de candidats à la présidentielle ou se positionner pour les législatives.

 

 

Les fonctionnaires n'ont pas le même problème. Mis à disposition, ils retrouveront leur corps d'origine à la fin du quinquennat. « Pourtant, même chez eux, c'est parfois la course, assure un chef adjoint de cabinet : plus tôt ils partiront, plus ils auront de choix. En ne se recasant qu'à la dernière minute, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 3 mois

    Un bon coup de balai!

  • janaliz il y a 3 mois

    252 jours et bye bye l'équipage du pédalo...

  • M940878 il y a 3 mois

    le pédalo prend l'eau depuis 4 ans

  • M940878 il y a 3 mois

    finie la bonne soupe !