Saudi Aramco choisit JPMorgan et M. Stanley, HSBC en lice-source

le
0
    * Une IPO d'une centaine de milliards de dollars 
    * Une participation de 5% serait placée 
 
    par Mike Stone, Tom Arnold et Sumeet Chatterjee 
    WASHINGTON/HONG KONG, 22 février (Reuters) - Saudi Aramco 
 IPO-ARMO.SE  a demandé à JPMorgan Chase  JPM.N  et à Morgan 
Stanley  MS.N  de superviser sa future introduction en Bourse et 
pourrait solliciter une troisième banque qui lui amènerait des 
investisseurs chinois, a déclaré mercredi une source au fait du 
dossier. 
    Les deux banques américaines rejoindraient ainsi leur 
compatriote spécialisée Moelis & Co  MC.N  pour une IPO qui 
s'annonce comme la plus importante jamais opérée, d'un montant 
d'une centaine de milliards de dollars (95 milliards d'euros) 
pour une part de seulement 5% du capital de Saudi Aramco. 
    HSBC  HSBA.L  apparaît comme la mieux placée des cinq 
banques susceptibles d'ouvrir un accès aux investisseurs 
chinois, a ajouté la source, précisant que les quatre autres 
établissements sont chinois. 
    Selon deux autres sources,Industrial and Commercial Bank of 
China International Holdings, filiale à 100% d'Industrial and 
Commercial Bank of China  601398.SS , et China International 
Capital Corporation (CICC) sont également sur les rangs. 
    Pour les établissements chinois, l'IPO de Saudi Aramco est 
l'occasion de faire la preuve de leurs capacités à gérer une 
opération aussi lourde, fait valoir Benjamin Quinhan, directeur 
général du consultant Quinlan & Associates. 
    "Le gouvernement (chinois) a également un intérêt 
stratégique à une implication chinoise dans l'IPO au vu du rôle 
qu'y joue Saudi Aramco dans le secteur des ressources; on peut 
donc dire qu'il y a aussi un aspect politique," ajoute-t-il. 
    Ces grandes manoeuvres du secteur bancaire chinois pour 
l'IPO de Saudi Aramco interviennent alors que le roi Salman doit 
se rendre en Asie la semaine prochaine. 
    La liste des banques retenues pourrait encore être amendée, 
a observé la première source. 
    Cette IPO est la clé de voûte de l'ambitieux projet Vision 
2030 dont le but est de rendre l'économie saoudienne moins 
dépendante de l'or noir. La participation pouvant atteindre 5% 
du capital du premier producteur pétrolier mondial sera 
vraisemblablement placée à la Bourse de Ryad et dans une autre 
place internationale, voire plusieurs autres. 
    Aramco, ex-Saudi Arabian Oil Co, s'est abstenu de tout 
commentaire, tout comme JPMorgan Chase, Morgan Stanley et HSBC. 
    Le Wall Street Journal avait écrit que les deux banques 
américaines et la banque britannique avaient été choisies comme 
chefs de file de l'opération. 
    Citigroup  C.N  avait été également sollicitée, ainsi que 
d'autres établissements, en vue de postuler à un rôle de conseil 
auprès d'Aramco, avaient dit en janvier des sources 
professionnelles saoudiennes. 
    L'IPO d'Aramco est le cheval de bataille du vice-prince 
héritier Mohammed ben Salman, chargé de la politique économique 
et énergétique du royaume. Il avait dit en 2016 que l'opération 
valoriserait Aramco 2.000 milliards de dollars au moins et sans 
doute plus. 
    Ryad étudie deux possibilités pour la structure de la future 
Aramco cotée en Bourse, soit un conglomérat industriel 
international, soit une compagnie pétrolière spécialisée, ont 
dit à Reuters des sources industrielles et bancaires. 
    Saudi Aramco a par ailleurs désigné le cabinet d'avocats 
White & Case, avec lequel il est en affaires depuis longtemps, 
comme conseiller juridique de l'IPO, ont dit à Reuters d'autres 
sources au fait de l'opération ce mois-ci. 
    Le Wall Street Journal écrivait lundi que l'Arabie saoudite 
privilégiait New York pour la cotation internationale de Saudi 
Aramco, tout en étudiant aussi Londres et Toronto. 
    Le géant pétrolier a également eu des discussions avec la 
Bourse de Singapour quant à une éventuelle cotation secondaire, 
toujours selon des sources.  
         
   BREAKINGVIEWS-Aramco golden ticket has risks for Western      
           banks   
     
 
 (Avec Reem Shamseddin à Khobar, Julie Zhu et Michelle Price à 
Hong Kong et Ismail Shakil à Bangalore, Wilfrid Exbrayat pour le 
service français, édité par Véronique Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant