SAS baisse les salaires et réduit ses effectifs

le
0
PLAN DE SURVIE CHEZ SAS
PLAN DE SURVIE CHEZ SAS

COPENHAGUE (Reuters) - SAS a annoncé lundi des suppressions de postes, des baisses de salaires et des cessions d'actifs dans le cadre d'un plan de restructuration présenté comme étant celui de la dernière chance.

En contrepartie de ces mesures, la compagnie aérienne scandinave, détenue à 50% par les Etats danois, norvégien et suédois, a obtenu auprès de ses banques une nouvelle facilité de crédit de quelque 3,5 milliards de couronnes suédoises (408 millions d'euros).

En raison notamment de la concurrence de compagnie aériennes à bas coûts, telles que Ryanair et Norwegian, SAS n'a pas pu dégager de bénéfice annuel depuis 2007.

"Ceci est vraiment notre dernière cartouche pour faire en sorte que SAS continue d'exister", a déclaré le directeur général de la compagnie Rickard Gustafson.

Vers 9h35 GMT, le titre SAS gagnait 3,88% à 6,70 couronnes alors que l'indice regroupant les valeurs européennes des loisirs et du transport aérien avançait de 0,2%.

SAS veut améliorer ses bénéfices de trois milliards de couronnes via les mesures de réduction de coûts, dont 800 suppressions de postes, et vendre des actifs pour trois milliards.

La facilité de crédit, fournie par sept banques ainsi que par les Etats danois, norvégien et suédois, est conditionnée par la signature d'accords avec les syndicats sur les suppressions de postes et les baisses de salaires et par le feu vert parlementaire là où c'est nécessaire.

SAS a dit qu'elle cédera sa filiale norvégienne Wideroe, des moteurs d'avions, des actifs immobilier et son unité Ground Handling.

DES EFFECTIFS QUI PASSERONT DE 15.000 À 9.000

"Je sais que nous demandons beaucoup à nos employés, mais nous ne pouvons faire autrement. J'espère que nos salariés loyaux (...) sont prêts à se battre pour la survie de SAS et de nos emplois", a ajouté Rickard Gustafson.

Il a ajouté que le personnel de cabine verrait son salaire baisser de 12% en moyenne et que les effectifs totaux de SAS, du fait des suppressions de postes et des cessions d'actifs, passeraient de 15.000 à environ 9.000.

Le directeur général de la compagnie a déclaré que les nouveaux accords collectifs avec les syndicats devaient être signés d'ici dimanche.

SAS est la dernière compagnie aérienne européenne historique en date à annoncer une forte diminution de ses effectifs : International Airlines Group (IAG) avait annoncé vendredi la suppression de 4.500 emplois chez Iberia (voir ) et Air France est engagé dans un plan de restructuration prévoyant plus de 5.000 suppressions de postes d'ici fin 2014.

Jeudi, SAS avait reporté la publication de ses résultats du troisième trimestre, précisant qu'il voulait attendre la finalisation des négociations avec ses créanciers.

La compagnie avait toutefois fourni une première estimation faisant état d'un bénéfice avant impôts de 568 millions de couronnes suédoises (environ 67 millions d'euros) pour le troisième trimestre.

Dans la foulée de l'annonce du plan de restructuration de SAS, l'Etat suédois a réaffirmé son intention de vendre sa part dans la compagnie, tout en disant qu'il n'y avait aucun candidat à l'achat.

"Avec la structure de coûts actuelle, il n'est pas possible de vendre SAS", a dit à des journalistes le ministre des Marchés financiers Peter Norman.

Simon C.Johnson, Mia Shanley et Veronika Ek, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant