SARU : La Fédération réagit à l'interdiction d'organiser la Coupe du monde 2023

le
0

Fikile Mbabula, ministre des Sports d’Afrique de Sud, a interdit la fédération de rugby de se porter candidate pour la Coupe du monde 2023. Jurie Roux, le directeur exécutif de la SARU, a réagi et a assuré répondre aux objectifs d'ici fin 2017.

La SARU se portera-t-elle candidate pour l’organisation de la Coupe du monde 2023 ? Si la fédération sud-africaine de rugby y est bien entendu favorable, Fikile Mbabula ne l’entend pas de la même oreille. Le ministre des Sports a interdit à la SARU de candidater pour l’organisation de grands tournois internationaux. La raison : il doit y avoir plus de joueurs noirs dans l’équipe nationale. Fikile Mbabula reverra peut-être sa position en 2017 suivant les progrès accomplis. « La décision du ministre pose un certain nombre de problèmes pour nous. Nous allons demander des explications pour que l’interdiction s’arrête à la fin de l’année 2017. Nous y verrons plus clair à ce moment-là » a promis en conférence de presse Jurie Roux, le directeur exécutif de la SARU.  

« Des progrès à faire »

  Le patron de la fédération springbok a tout de même reconnu qu’il restait du travail à accomplir. « Il n’y a aucun doute sur le fait qu’il nous reste des progrès à faire. Nous pourrions être plus rapides, mais notre sport a connu une refonte majeure » justifie Jurie Roux. L’Afrique du Sud pourra-elle candidater pour l’organisation de la Coupe du monde 2023 ? Rien n’est exclu. Mais la SARU devra à n’en pas douter faire de gros efforts sur l’intégration de joueurs de couleur au sein des Springboks et des équipes en Super 18.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant