Sarthe : le nord du Mans bloqué par les agriculteurs en colère

le , mis à jour à 17:35
1
Sarthe : le nord du Mans bloqué par les agriculteurs en colère
Sarthe : le nord du Mans bloqué par les agriculteurs en colère

Alors qu'ont été délogés dans le calme ce jeudi matin les agriculteurs qui bloquaient depuis mercredi— heures un tronçon de la RN12 près de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor), une nouvelle action était en cours jeudi au Mans (Sarthe). Les éleveurs ont en début de matinée tenu trois points de blocage. Selon le Maine libre, la ville était même paralysée.

Vers 11 heures, selon les Jeunes Agriculteurs de la Sarthe (JA 72), l'ensemble des tracteurs s'est regroupé sur un rond-point de la rocade Nord, sur la route d'Alençon. En milieu d'après-midi, la circulation était filtrée et donc toujours ralentie. La bretelle d'accès à la ville à la hauteur de Changé a été fermée et les automobilistes ont été priés d'emprunter la sortie vers Parigné-L'Evêque. 

Manif des agriculteurs dans la Sarthe, reste un barrage filtrant sur D338

sens Alençon/Le Mans, au nord de Le Mans— CRICR OUEST (@CRICROUEST) 21 Janvier 2016

A partir de 7 heures, à l'appel des JA 72, des tracteurs se sont d'abord postés en amont du rond-point d'Auvours pour filtrer les passages de véhicules. D'importants bouchons bloquaient les deux tiers de la rocade du Mans, et l'accès à la ville depuis l'A11 était complètement congestionné à 10 heures. 

Les manifestants ont les mêmes revendications économiques que les éleveurs bretons mobilisés, et voulent se montrer solidaires. «Après toutes les belles annonces que nos élus de la République nous ont faites cet été ou cet automne, on arrive en ce début d'année 2016 dans des situations encore plus critiques qu'il y a un an, les prix se sont extrêmement dégradés, entre autres sur la filière laitière», explique David Bourdin, président des JA 72.

Les éleveurs tirent depuis des mois la sonnette d'alarme en raison des cours trop bas, inférieurs aux coûts de production, auxquels le porc, le lait et la viande bovine sont achetés par les filières industrielles de la transformation. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. il y a 12 mois

    Ils ont raison, si on faisait pour les agriculteurs le 1/10 ème de ce qu'on fait pour les fonctionnaires, leurs enfants resteraient à la campagne au lieu de faire autre chose!