Sarkozy veut une filière ferroviaire plus compétitive

le
0
VIDÉO - Lors de l'inauguration de la LGV Rhin-Rhône, le président a annoncé la création d'un fonds de soutien au secteur.

«Le train, c'est la France», s'est exclamé jeudi Nicolas Sarkozy à Auxon où se situe la nouvelle gare TGV de Besançon sur la nouvelle ligne Rhin-Rhône dont la mise en service est prévue le 11 décembre prochain. Le président, qui avait exceptionnellement pris le TGV jeudi, rappelait l'engagement de ses prédécesseurs qui ont permis à la France de devenir il y a trente ans pionnière dans le domaine de la grande vitesse. «Le train n'appartient à aucun, à aucune faction, le train, c'est la France», a-t-il jugé. Accompagné de l'ancien député-maire de Belfort, Jean-Pierre Chevènement, il s'est placé au-dessus des clivages politiques pour faire l'éloge d'un patrimoine commun. «Investir dans le TGV, c'est préparer l'avenir, un avenir que l'on ne verra pas forcément», a continué Sarkozy.

Préserver l'équilibre territorial

Pour rassurer les cheminots, avec lesquels le président devait s'entretenir à huis clos pendant une partie du trajet, il s'est exclamü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant