Sarkozy veut un «poids lourd» franco-allemand

le
0
Lors de son intervention télévisée, le chef de l'État a prôné une convergence renforcée avec l'Allemagne.

En une heure, au moins six allusions. Berlin emprunte moins cher que Paris? «Tout mon travail, c'est de rapprocher la France d'un système qui marche, celui de l'Allemagne.» Les 35 heures ont plombé la compétitivité hexagonale? «Pendant ce temps, M. Schröder, pourtant socialiste allemand, faisait le choix inverse.» L'éventualité de créer des taux intermédiaires de TVA? «L'état d'esprit, c'est la convergence avec nos amis allemands.» Et ainsi de suite.

La convergence franco-allemande était jeudi le véritable fil rouge de l'intervention de Nicolas Sarkozy, presque son obsession. Et elle est appelée à guider la politique économique et fiscale dans les mois à venir. Le chef de l'État se fixe une ambition: que les deux pays deviennent «au cœur de l'Europe, le poids lourd de l'économie», a-t-il insisté. Un nouvel ensemble qui «partira à la conquête de nouveaux marchés».

Le président l'assume, cette convergence implique des abandons de souveraineté. M

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant