Sarkozy veut capitaliser sur la «crédibilité» 

le
0
La majorité vante l'expérience du président, face à des socialistes accusés d'être «à mille lieues des réalités économiques».

Drôle d'été. Le dernier avant la présidentielle. Et, sans doute, le plus imprévisible depuis 2007. Nicolas Sarkozy n'a pas bougé de sa résidence varoise. Mais il reste suspendu à la situation des marchés. Le chef de l'État organise ses journées de manière stricte : sport le matin, après avoir lu les notes de ses conseillers sur l'évolution de la crise ; travail, l'après-midi. Pour l'heure, il gère en coulisses, pour «ne pas rajouter de la crise à la crise», explique un proche.

Pour Nicolas Sarkozy, l'enjeu est crucial, à neuf mois de la présidentielle. Objectif immédiat : faire comprendre aux Français que la France, grâce à la politique menée depuis 2007, tire pour l'instant son épingle du jeu. Lundi, l'agence de notation Standard & Poor's, qui a dégradé la note des États-Unis, a jugé que Paris disposait d'une «politique budgétaire bien conçue». «On est considéré dans le monde entier comme crédibles, vante un conseiller du président. Le b

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant