Sarkozy, une campagne pas si low-cost

le
1
Sarkozy, une campagne pas si low-cost
Sarkozy, une campagne pas si low-cost

La scène a lieu le 25 août au soir, dans le train retour du premier meeting de Nicolas Sarkozy à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône). « Rendez-nous Bygmalion ! », lance un élu à la cantonade, hilare mais épuisé par le périple du jour : un aller-retour express en TGV, une heure trente de discours sous une chaleur écrasante, 2 000 personnes entassées et mal installées, sans parler des problèmes de sono qui ont émaillé les prises de parole.

 

L'époque des meetings « grosse caisse » de Sarkozy avec écran géant, caméras, fond de scène et traiteurs en coulisses semble révolue. Du moins pour cette campagne de la primaire. « Il faut être sobre et efficace », martèle le candidat -- suspendu à un possible renvoi en correctionnelle dans l'affaire Bygmalion.

 

L'ancien chef de l'Etat le sait, pour séduire les électeurs perdus, cela passera aussi par la bataille de l'image. En clair, corriger autant que faire se peut celle du « président bling-bling » qui lui colle à la peau. Une campagne low-cost, donc, en privilégiant les petites salles plutôt que les Zénith. « Il veut recréer du lien avec les Français, en jouant à fond la carte de la proximité », décrypte son entourage. Comme mardi soir, quand il a enchaîné les signatures de son livre « Tout pour la France » lors d'un déplacement dans les Yvelines, avant de tenir une réunion publique devant 500 personnes à Poissy. « Dans une salle communale mise à disposition gratuitement, confie Karl Olive, le maire LR de la ville... et porte-parole d'Alain Juppé. Comme nous le ferions pour n'importe quel élu, qu'il soit de droite ou de gauche. » Une économie substantielle pour le camp Sarkozy, qui, comme tous ses adversaires, ne devra pas dépenser plus de 1,5 M€ dans cette campagne, comme l'a décidé le bureau politique des Républicains.

 

Pour tous les candidats, l'argent reste le nerf de la guerre. Pour collecter les fonds, Sarkozy a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a 8 mois

    AJ pour 2017 un mandat clair assurant la cohésion de la nation, le seul candidat garantissant une première place au 1er tour de la présidentielle devant Marine et une victoire très large au second........Avec Sarkosy le risque devient plus grand d'une victoire étriquée et d'une possible paralysie du pays après les législatives sans parler de l'hystérie et de la confusion des affaires pendant 5 ans ....Pour moi c'est tout vu Juppé le 20 et 27 novembre SOYEZ PRIMAIRE