Sarkozy sur écoute : les premiers extraits dévoilés, les juges traités de «bâtards»

le
17
Sarkozy sur écoute : les premiers extraits dévoilés, les juges traités de «bâtards»
Sarkozy sur écoute : les premiers extraits dévoilés, les juges traités de «bâtards»

Les conversations privées entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog sont désormais publiques. Mediapart a dévoilé mardi soir la synthèse de sept écoutes judiciaires effectuées sur la ligne téléphonique ouverte sous une fausse identité. Et leur teneur est embarrassante pour l'ancien président de la République, menacé depuis le 26 février par une information judiciaire pour «trafic d'influence». L'ex-chef de l'Etat et son conseil sont même allés jusqu'à préparer sur leur ligne cachée, qu'ils croyaient protégée, des conversations factices

«Notre ami» Gilbert Azibert. Le mercredi 29 janvier, Thierry Herzog téléphone à Nicolas Sarkozy au sujet de la saisie de ses agendas, décidée par les juges de Bordeaux dans le cadre de l'affaire Bettencourt, dans laquelle il a bénéficié d'un non-lieu. L'ancien chef de l'Etat s'est pourvu en cassation pour obtenir l'annulation de cette saisie.

Pour cela, son avocat Thierry Herzog fait appel à un haut magistrat de la Cour de cassation : «Notre ami» Gilbert Azibert, comme le désigne Nicolas Sarkozy. On apprend que «Gilbert» a déjeuné avec l'avocat général de la Cour et a assuré à Thierry Herzog que ses réquisitions seraient favorables à l'ex-président. Il a «bossé», dit l'avocat à Nicolas Sarkozy. Il anticipe que la Cour de cassation suivra les réquisitions, «sauf si le droit finit par l'emporter»...

«Ces bâtards de Bordeaux». Le lendemain, jeudi 30 janvier, Thierry Herzog informe Nicolas Sarkozy qu'il a eu accès à l'avis de l'avocat général concluant à l'annulation de la saisie. «Ce qui va faire du boulot à ces bâtards de Bordeaux», lâche Thierry Herzog, en parlant des juges qui avaient mis en examen Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt.

Le juge est allé «à la chasse». La semaine suivante, entre le 5 et le 11 février, le juge Azibert est allé «à la chasse», selon les mots de Thierry Herzog à Nicolas Sarkozy. Le haut magistrat a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le vendredi 21 mar 2014 à 14:18

    Et si les juges étaient mis sur écoute ne pensez-vous pas que Sarkozy aurait eu droit à des qualificatifs du genre voyou, pervers,etc...Que deviennent Gentil et autres représentants de la justice "indépendante" qui ne cessent de revenir bredouille de leur traque ?

  • M2734309 le mercredi 19 mar 2014 à 19:11

    Les juges traités de bâ.tards doivent être les mêmes que ceux qui traitent la classe politique de droite de c.ons. Alors, juste retour des choses !

  • M9095115 le mercredi 19 mar 2014 à 10:48

    Les juges socialos à la botte de Hollandouille font le forcing avant les élections mais les Français pourront juger eux jusqu'ou les socialos peuvent aller pour essayer de conserver le pouvoir coute que coute même en coulant le pays

  • M9095115 le mercredi 19 mar 2014 à 10:44

    Sarko a raison la justice est effectivement bat.arde puisqu'elle répond et agi a la demande de Bouffon.Cette justice celle qui a présentée le mur des c.ons est partiale de gauche et de plus loin d'être confidentielle avant une élection.

  • peggy111 le mercredi 19 mar 2014 à 09:28

    tout les gouvernements de droite comme de gauche on des juges a leur cause

  • mlaure13 le mercredi 19 mar 2014 à 09:00

    UMP/PS, ne sortent pas grandis de ces affaires, ou l’on voit qu’ils sont capables de TOUT…pour se procurer ou garder le pouvoir, uniquement à leurs profits, familles, copains, et courtisans…et tout ça, au détriment d’une gestion saine des institutions et des citoyens et de la France, qui s’effondre année après année, … la démocratie est phagocytée…A quand le coup de bulldozer dans ce tas de fu-mier des plus nauséabond ?...

  • M6486201 le mercredi 19 mar 2014 à 08:38

    Une justice indépendante n'est pas une justice qui donne (ou qui vend ?) des informations à une certaine presse

  • M6486201 le mercredi 19 mar 2014 à 08:08

    Et les juges qui renseignent la presse c'est normal?

  • M2299417 le mercredi 19 mar 2014 à 06:34

    Vont bien finir par le coincer ce "ba tard" .....

  • janaliz le mercredi 19 mar 2014 à 04:03

    Commentaire sur le titre : qu'importe le vocabulaire ! Le commun des citoyens a-t-il au fonds de soi un jugement très différent vis à vis de la caste dont il est question. Citoyens intouchables ou presque. J'ai souvenance qu'en quelques affaires de dangereux individus bénéficiaires d'une clémence, comment dirais-je, bizarre. Et entre nous si nous avions subi ce que subi NS, que penserions-nous ? Et si on parlait aussi des journalistes et de leur bashing durant presque 5 ans !