Sarkozy sur écoute : «Je n'ai pas menti, je ne démissionnerai pas», répond Taubira

le
9
Sarkozy sur écoute : «Je n'ai pas menti, je ne démissionnerai pas», répond Taubira
Sarkozy sur écoute : «Je n'ai pas menti, je ne démissionnerai pas», répond Taubira

Non, elle n'a pas menti et elle ne démissionnera pas. Voilà le message martelé mercredi par Christiane Taubira à l'issue du Conseil des ministres, mercredi en fin de matinée. Alors que l'opposition réclame sa démission, et l'accuse d'avoir «menti» en affirmant ne pas avoir été au courant des écoutes concernant Nicolas Sarkozy, la ministre de la Justice a répliqué avec force.

«Il n'y a pas lieu de faire un feuilleton, a commencé Christiane Taubira. Voilà l'affaire du siècle : la garde des Sceaux aurait menti... Eh bien non, je n'ai pas menti. Depuis 24 heures, les parangons de vertu et de justice demandent ma démission. Non, je ne démissionnerai pas. Je le répète fortement».

Concernant la synthèse des écoutes qu'elle aurait reçue, selon le Canard Enchaîné, elle brandit un document très léger. «Voilà ce qui est remonté à la chancellerie. Si vous pensez qu'il y a là des synthèses d'écoutes, c'est votre droit. J'ai eu une page et demie», s'agace-t-elle, assurant qu'elle n'a reçu aucune synthèse.

Dans l'après-midi, le quotidien Le Monde révèle le contenu des documents brandis par Christiane Taubira, l'un «de la procureur nationale financière, Eliane Houlette, adressée au procureur général de Paris, l'autre d'un représentant de ce dernier à la garde des Sceaux. Sur les photos de ces documents, le contenu des lettres est facilement lisible, même si certains passages sont cachés par la main de Mme Taubira», explique Le Monde sur son site internet. «Il en ressort que la ministre de la justice était tenue régulièrement au courant des détails des évolutions de l'enquête liée au financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007», souligne le quotidien du soir.

Comment la ministre explique-t-elle ses déclarations sur TF1 lundi soir ? Elle y affirmait ne pas avoir su que Nicolas Sarkozy était sur écoute avant les révélations dans la presse le 7 mars, une chronologie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le mercredi 12 mar 2014 à 19:41

    Elle ne sait même plus ce qu'elle raconte ! Le tout et son contraire ! Et elle ne s'en rend même plus compte. Atteinte de confusion elle n'a plus rien à faire là où elle est !

  • gilcala le mercredi 12 mar 2014 à 18:38

    Je fais cadeau de la faute d'orthographe (TOBIRA au lieu de TAUBIRA) à qui l'accepte.

  • gilcala le mercredi 12 mar 2014 à 18:36

    A rapprocher du comportement de CAHUZAC, AYRAULT et autre HOLLANDE qui en son temps avait précipité son retour des U.S.A. pour une lamentable affaire LEONARDA.A ce jour, Hollande = courage fuyons !!!TOBIRA, VALLS, AYRAULT se doivent d'être solidaires et démissionner de concert.

  • bsdm le mercredi 12 mar 2014 à 18:34

    Zabulon et tobira : le cabinet noir de hollande!

  • gilcala le mercredi 12 mar 2014 à 18:30

    A raprocher du comprtement de XCA

  • M8252219 le mercredi 12 mar 2014 à 18:29

    Enfumeuse

  • Gary.83 le mercredi 12 mar 2014 à 18:19

    si on écoute sans que les ministres soient au courant c'est grave !!

  • Gary.83 le mercredi 12 mar 2014 à 18:17

    courage ?, dignité ? honneur ? vous n'aimez pas les Français, ils vous le rendent bien !!!

  • a.guer le mercredi 12 mar 2014 à 15:12

    Que valent les asffiramtions des ministres actuels ? Je me souviens d'un ministre qui avait assuré "les yeux dans les yeux" qu'il ne mentait pas ...