Sarkozy sonne la charge contre la gauche

le
0
En déplacement mardi dans la Creuse, le chef de l'État a prononcé son premier discours de campagne.

La tentation était trop forte. Malgré son refus obstiné de commenter la primaire socialiste depuis un mois, Nicolas Sarkozy a craqué mardi. Cela a commencé autour du petit déjeuner de la majorité. « La Ve République ne peut être l'otage des partis politiques et le candidat (à la présidentielle, NDLR) pris en otage par son parti. Le général de Gaulle a voulu une élection à deux tours, pas à quatre tours», a-t-il lancé. «Les socialistes s'occupent des socialistes, nous devons nous occuper de l'ensemble des Français», a-t-il ajouté.

Enfin, il n'a pas manqué de souligner que le résultat de cette primaire déportait le Parti socialiste «sur sa gauche» et faisait avant tout ressortir «le manque de leadership». «Le grand écart idéologique est trop fort. Celui qui sortira du deuxième tour en sortira affaibli.» Il a aussi estimé que «l'affluence à la primaires n'était pas le sujet puisqu'on ne peut pas vérifier les chiffres».

À peine arrivé dans la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant