Sarkozy se pose en sauveur de Photowatt, pas encore en candidat

le
1
SARKOZY SE POSE EN SAUVEUR DE PHOTOWATT, PAS ENCORE EN CANDIDAT
SARKOZY SE POSE EN SAUVEUR DE PHOTOWATT, PAS ENCORE EN CANDIDAT

par Yann Le Guernigou

BOURGOIN-JALLIEU, Isère (Reuters) - Nicolas Sarkozy a endossé mardi ses habits de sauveur d'entreprises en confirmant le projet de reprise par EDF de Photowatt, l'unique fabricant français de cellules photovoltaïques à base de silicium, en redressement judiciaire

Le chef de l'Etat, qui avait dévoilé ce projet la semaine passée, s'est déplacé en personne sur le site de Photowatt à Bourgoin-Jallieu, dans l'Isère, pour annoncer la bonne nouvelle aux 440 employés du groupe.

L'imminence de sa déclaration de candidature pour un second mandat, attendue pour ce mercredi, avait attiré pour l'occasion la grande foule des médias, certains spéculant même sur une annonce anticipée. Mais Nicolas Sarkozy s'est abstenu de tout commentaire sur le sujet, y compris auprès des ouvriers curieux qui se pressaient sur son passage pour lui serrer la main.

A l'un qui lui demandait s'il comptait se représenter, il a répondu avec le sourire, en pointant du doigt les journalistes qui l'entouraient : "Il y a trop de micros!".

Dans une allocution prononcée devant le personnel à l'issue de sa visite, il est revenu sur sa proposition de référendum, évoquée la semaine passée dans le Figaro Magazine, visant à contraindre les chômeurs ayant reçu des formations qualifiantes à accepter la "première offre d'emploi" qu'on leur propose.

Mais il n'a évoqué cette fois qu'un simple "droit à la formation" qui irait de pair avec le droit à l'indemnisation pour faire en sorte que des salariés licenciés retrouvent, quel que soit leur âge, du travail dans des filières porteuses.

"Je suis vraiment décidé à porter cette revendication, ce nouveau droit, d'un droit à la formation", a-t-il dit.

"Je sais bien que ça rompt des habitudes, (mais) s'il le faut, je demanderai au peuple français son avis sur cette question du droit à la formation à tout âge", a-t-il ajouté.

Fondée en 1979, Photowatt a été victime comme les autres spécialistes français du photovoltaïque de la baisse de moitié des crédits d'impôts pour l'installation de panneaux solaires décidée fin 2010 pour des raisons budgétaires et de la montée en puissance des fabricants asiatiques.

INSTALLATEURS DE PANNEAUX

Au moment de son dépôt de bilan, en novembre, une seule ligne de production sur les trois de l'usine de Bourgoin-Jallieu était en fonctionnement.

Si, pour le sauvetage récent de l'usine d'Yssingeaux du groupe de lingerie Lejaby, le gouvernement a fait appel à un sous-traitant du groupe de luxe LVMH, il a demandé à un groupe public, EDF, de se mobiliser pour Photowatt.

Le projet, qui doit encore être validé par le tribunal de commerce de Grenoble, prévoit la reprise de la société par EDF Energies Nouvelles, filiale de l'électricien. Tous les salariés seront conservés, à l'exception de 85, auxquels EDF s'est engagé à proposer des postes dans le même bassin d'emplois.

Nicolas Sarkozy a ajouté que le groupe EDF s'engageait en outre à acheter 100% de la production de Photowatt pendant quatre ans en attendant la montée en puissance de celle de cellules photovoltaïques de nouvelle génération.

"Nous ne voulons pas que la filière photovoltaïque disparaisse de France. Ce qu'on fait, c'est pas simplement pour sauver votre emploi. On ne veut pas que les emplois créés en France par la filière photovoltaïque soit des emplois d'installateurs de panneaux. Il n'y aucune raison", a-t-il dit.

Le PDG d'EDF, Henri Proglio, qui accompagnait Nicolas Sarkozy, a assuré que l'investissement de son groupe s'inscrivait dans la durée. "On n'a pas l'habitude d'être un acteur spéculatif ou un investisseur de court terme. Ça s'inscrit dans le long terme", a-t-il dit à des journalistes.

Comme nombre d'autres salariés de Photowatt, Sylvie, six ans de maison, ne cachait pas sa satisfaction de voir le chef de l'Etat, même si elle estime que le contexte électoral a joué un rôle dans la mobilisation des pouvoirs publics.

"Certainement que cela a joué. On n'est pas complètement dupes même s'il ne s'est pas encore officiellement déclaré."

édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1900860 le mardi 14 fév 2012 à 17:20

    Enfumage de première.