Sarkozy «se donne encore un peu de temps», selon Louvrier

le
1
Sarkozy «se donne encore un peu de temps», selon Louvrier
Sarkozy «se donne encore un peu de temps», selon Louvrier

Le retour en politique de l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, se précise. Il «se donne encore un peu de temps pour mûrir sa décision», explique un de ses plus proches conseillers et ami, Franck Louvrier, dans un entretien au quotidien «Presse-Océan» ce samedi.

«Etre candidat à la présidence de l'UMP, c'est aussi être candidat à l'élection présidentielle (...) Sa décision mûrit et il décidera alors de la forme qu'il donnera à son annonce», précise-t-il. Franck Louvrier ajoute que l'ancien chef de l'Etat fera connaître sa décision «avant le 30 septembre». Cette semaine, la Haute autorité de l'UMP a rappelé que la clôture des inscriptions pour postuler à la présidence du parti était justement fixée au mardi... 30 septembre à 20 heures.

«De mon point de vue, Nicolas Sarkozy est le seul à pouvoir rassembler le pays face à la montée des extrêmes. En 2012, seul contre tous, il a rassemblé 19 millions de Français. Le meilleur allié de Marine le Pen, c'est la gauche et elle ne s'y trompe pas. Le premier ennemi de Marine le Pen, c'est Nicolas Sarkozy, car s'il est candidat, elle risque de ne pas passer», explique-t-il. Précisément, selon les chiffres du Conseil constitutionnel, au second tour de l'élection présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy a obtenu 16,8 millions de voix contre un peu plus de 18 millions pour François Hollande.

«L'heure est aux comptes, pas aux règlements de compte»

Franck Louvrier estime en outre que Nicolas Sarkozy doit tenir compte de deux éléments dans sa réflexion sur une candidature à la présidence de l'UMP. «C'est à la fois une équation personnelle et des enjeux pour le pays. Ces deux facteurs sont à prendre en compte dans la décision qu'il a à prendre», dit-il.

La rumeur d'un retour imminent de Nicolas Sarkozy en politique a enflé avec la crise politique de la rentrée, au point qu'observateurs comme acteurs politiques s'interrogent désormais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le samedi 6 sept 2014 à 10:52

    Qu'il réfléchisse encore 7 ou 8 ans, ce sera bien pour tout le monde!