Sarkozy, «sale mec» : l'UMP veut des excuses de Hollande

le
7
VIDEO - Selon le journal Le Parisien , François Hollande aurait ainsi qualifié le chef de l'Etat lors d'un déjeuner avec des journalistes. Des propos sortis de leur contexte selon plusieurs participants mais qui ont provoqué la colère de la majorité.

Il aura suffi d'une courte citation de trois mots enfouie au milieu d'un article pour embraser la majorité. Plusieurs ténors de l'UMP ont réclamé mercredi à François Hollande des excuses publiques vis-à-vis du chef de l'Etat qu'il aurait traité de «sale mec». Des paroles qui se sont finalement révélées retranscrites incorrectement. La polémique est née d'un article du Parisien, daté de mercredi. Le quotidien relate un déjeuner, mardi midi, entre François Hollande et six journalistes, dont l'auteur de l'article. «Pour Hollande, il n'y a pas de mystère: c'est bien le chef de l'Etat, ‘un président en échec', ‘un sale mec', qui se cache derrière les formules de l'UMP'», écrit le quotidien qui évoque les attaques des élus de la majorité sur la personne du député de Corrèze.

Ces propos rapportés n'ont pas tardé à susciter l'ire l'UMP. La ministre de l'Apprentissage Nadine Morano et la députée Valérie Rosso-Debord, ont exigé des «excuses publiques». La...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lolin le mercredi 4 jan 2012 à 22:51

    Le peuple aussi exige des excuses pour manquement aux promesses et agravation intentionnelle de la dette(500mds)Sinon, casse toi, croc de boucher; karcher; c'est pas des insultes? On a pas entendu d'excuses.

  • M4189758 le mercredi 4 jan 2012 à 17:03

    JPi - Travailler plus pour payer plus d'impôt : c'est 30% de la solution. Baisser les dépenses des états : c'est 70% de la solution. Le mur de la dette c'est comme le mur du son : ça pète en passant : il n'y a pas de solution soft. Quand commencent ils à dépenser moins ? Le 1er avril ? Alors titez vous "pauvres cons" et laissez la place à qui "fera".

  • M7954176 le mercredi 4 jan 2012 à 16:28

    avec les clampins qui nous gouvernent nous sommes devenus, un pays d'arrièrés

  • M4189758 le mercredi 4 jan 2012 à 16:26

    JPi - Heureusement, un peu à la fois, ils font faillite à commencer par la presse écrite. La presse écrite et « politics » étant très liés nous, on ne se plaindra pas s’ils disparaissent ensemble.

  • M4189758 le mercredi 4 jan 2012 à 16:22

    JPi - Si les journalistes faisaient leur boulot, aujourd'hui, nous parlerions de diminution des dépenses de l'état plutôt que de taxations nouvelles ou d'insultes entre candidats. Nos gouvernants sont des nains et les journalistes une nouvelle race d'inutiles.

  • M7954176 le mercredi 4 jan 2012 à 16:22

    il aurait dit encore an q les, fume myer de lapin, sale au pe rie de vache de mdr, d'accord, mais là c'est raisonnable, çà vaut pauv gond

  • rodan3 le mercredi 4 jan 2012 à 15:21

    Franchement, MM. les "journaleux "m'épateront" toujours, justifier un manque de respect d'un candidat envers la fonction qu'il convoite sous prétexte de pastiche, n'exonère pas celui-ci de la responsabilité de sa pensée profonde..vis à vis de son concurrent. En d'autres temps, "Certain candidat" dont les dérapages verbaux ont fait la une des mêmes journaux, ne peut plus faire "un pet de travers" sans être à la une et vilipendé à qui plus soif par ces mêmes "journaleux"du politiquement correct.