Sarkozy, roi de la primaire ouverte

le
0
Si la primaire avait lieu dimanche prochain et que ce sont les sympathisants de la droite et du centre qui se déplaçaient pour voter, c'est, contre toute attente, Alain Juppé qui serait élu.
Si la primaire avait lieu dimanche prochain et que ce sont les sympathisants de la droite et du centre qui se déplaçaient pour voter, c'est, contre toute attente, Alain Juppé qui serait élu.

France inter : Aujourd'hui, on s'intéresse à la primaire à droite avec un sondage Ipsos pour Le Point. Les résultats sont très surprenants... Hugo Domenach : Oui, voilà un sondage incroyable. On se pince en lisant les résultats. Même s'il faut évidemment le prendre avec des pincettes, voire des pinces-monseigneur. Il ne s'agit que d'une étude isolée faite à partir de quelques centaines de personnes. Et puis l'élection aura lieu que fin novembre 2016. Il peut se passer beaucoup de choses d'ici là. Une mise en examen par exemple. Mais le résultat est vraiment inattendu. En fait, contrairement à ce que l'on pourrait croire, si la primaire a lieu dimanche prochain et que ce sont les sympathisants de la droite et du centre qui votent, Alain Juppé est élu. Par contre, si l'on se réfère aux intentions des 7 % de Français de tous bords, y compris de gauche, qui déclarent avoir la ferme intention de voter aux primaires, c'est Sarkozy qui a nettement l'avantage. Ce deuxième scénario est le plus probable puisqu'il suffira de poser sa signature sur la charte de la primaire qui assure que l'on partage les valeurs de la droite et du centre et de dépenser 2 euros pour voter. À ma connaissance, l'UMP n'a pas encore inventé la machine à détecter la couleur politique des électeurs. Comment expliquer que les voix des électeurs de gauche ne profitent pas plus à Alain Juppé ? À première vue, c'est totalement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant