Sarkozy : «Revenir, c'est le plus difficile à faire»

le
1
Sarkozy : «Revenir, c'est le plus difficile à faire»
Sarkozy : «Revenir, c'est le plus difficile à faire»

« J'ai un calendrier, un tempo », murmure Nicolas Sarkozy dans le TGV qui le ramène hier de Tourcoing. Façon de répondre poliment à ceux qui, en interne, lui reprochent de ne pas être assez visible et offensif depuis qu'il est revenu aux commandes du parti. « Revenir, c'est ce qu'il y a de plus difficile à faire, s'épanche-t-il. Le temps du rassemblement de ma famille politique passe paradoxalement par un temps de recul de ma part. Je n'ai pas envie de galvauder ma parole en faisant toutes les radios du matin et du dimanche. »

Alors, hier dans le Nord, pour le premier déplacement qu'il effectuait depuis son élection à la tête de l'UMP, Sarkozy est resté sur sa ligne en jouant à fond sa stature de président rassembleur (« Le temps n'est plus aux divisions, nous en avons trop souffert ») et en cognant à distance contre l'exécutif et Marine Le Pen. Les deux seuls adversaires qui comptent vraiment à ses yeux... même si Alain Juppé et François Fillon se sont déjà clairement lancés dans la course pour 2017.

« Toute personne qui parlera de la présidentielle aujourd'hui sera sanctionnée (NDLR : par l'opinion) », prédit un Sarkozy qui ne sourcille pas en découvrant les propos de Fillon cette semaine dans « le Point », quand celui-ci le décrit avec « une perversité moins grande que Hollande ». « Ça ne me surprend pas. Il me l'a même dit en face ! Mais je ne suis pas un pervers... ni un cynique, d'ailleurs », reprend celui qui s'est lancé depuis quelques semaines dans la lecture du deuxième volume de « Guerre et Paix », de Tolstoï : « Ça fait tout de même 2 200 pages ! Et j'en ai lu 60 %. C'est vraiment fascinant. »

A Tourcoing, le président de l'UMP s'est donc évertué à convaincre les militants que l'alternance était à portée de main. « Prenez très à c½ur votre rôle. Soyez proches de nous, pour qu'on ne puisse rien faire sans vous ! » les interpelle-t-il à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4958114 le vendredi 30 jan 2015 à 11:53

    tu peu gesticuler tu sortiras pas du bourbier dans le quel tu ais enliser règle le compte avec ton parti 75millions ensuite tous tes procès puis prend ta retraite avec 2.5 millions tu en a trop a mon gout !!