Sarkozy reste un repère à l'UMP et au PS

le
0
À droite, on se réclame de lui, à gauche, on le combat: cent jours après sa défaite, l'ancien président demeure une référence dans la vie politique.

Cinq ans durant, Nicolas Sarkozy s'est évertué à imprimer son propre tempo à la politique française. Malgré sa défaite et sa retraite politique, l'ancien président n'a pas quitté les esprits pour autant. Bien au contraire. L'hyperprésident est devenu omniprésent. À gauche, d'abord. Face aux difficultés et à la crise, ni le gouvernement ni François Hollande ne semblent prêts à renoncer trop vite à l'antisarkozysme tous azimuts. Responsable de tous les maux, selon la gauche, l'ex-président n'est jamais bien loin dans les discours.

À Pierrefeu-du-Var, où il s'est rendu mardi matin pour un hommage aux deux gendarmes tuées en juin, Hollande n'a pu s'empêcher de tacler son prédécesseur, sans le citer. «Depuis trop d'années, il y a eu des baisses d'effectifs qui ont hélas été constatées», a-t-il déclaré, en annonçant que la police et la gendarmerie allaient bénéficier d'effectifs supplémentaires en 2013. Et, dans l'après-midi, le ministre de l'Intérieur

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant