Sarkozy reste ferme sur la sécurité routière

le
0
L'Élysée et Matignon veulent tourner la page des «incompréhensions» sur le dossier des radars.

«Il faut savoir si nous sommes des politiciens ou des hommes d'État.» C'est avec ces mots que Nicolas Sarkozy a voulu mettre un terme mercredi, lors du Conseil des ministres, à la cacophonie sur la suppression des panneaux avertissant de la présence des radars. Le président, lui-même favorable à l'interdiction des kits mains libres qui permettent aux automobilistes de téléphoner en conduisant, a insisté sur la nécessité de tenir une ligne de fermeté. Objectif : arriver «sous la barre des 3 000 morts par an» sur les routes. «Les Français le comprendront», a-t-il assuré.

«Des politiciens ou des hommes d'État » ? Assis à la table du Conseil des ministres, François Fillon et Claude Guéant se sont certainement demandé dans quelle catégorie le président les classait. Mardi, le chef du gouvernement et le ministre de l'Intérieur n'avaient pas parlé d'une seule voix. Sur le sujet ultrasensible des radars, qui exaspère les députés UMP, Fillon avait martelé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant