Sarkozy réplique au PS sur le bonus de Lévy, accuse Badinter

le
0
NICOLAS SARKOZY RÉPLIQUE AU PS SUR LE BONUS DE MAURICE LÉVY ET ACCUSE ELISABETH BADINTER
NICOLAS SARKOZY RÉPLIQUE AU PS SUR LE BONUS DE MAURICE LÉVY ET ACCUSE ELISABETH BADINTER

ELANCOURT, Yvelines (Reuters) - Nicolas Sarkozy a répliqué mercredi aux socialistes qui mettent en cause sa politique dans l'affaire des bonus élevés du président du directoire de Publicis, Maurice Lévy, en soulignant que l'actionnaire principal du groupe, Elisabeth Badinter, avait "le coeur à gauche".

"Il y a des rémunérations exorbitantes, des rémunérations choquantes, dans la finance ou ailleurs, je les combats", a-t-il dit lors d'un meeting électoral à Elancourt, dans les Yvelines.

"Mais qu'on ne vienne pas me donner des leçons, parce que dans des exemples récents, qui a voté les rémunérations d'un grand patron, qui a voté des rémunérations faramineuses ? Ce sont les actionnaires, ceux-là même qui ont le coeur à gauche, qui soutiennent dans l'avion le soir M. François Hollande et qui dans la journée votent pour le président d'une grande entreprise des rémunérations exorbitantes", a-t-il lancé.

Publicis a révélé dans son document de référence 2011 diffusé mardi que Maurice Lévy recevrait près de 16,2 millions d'euros au titre de rémunérations variables différées accumulées depuis 2003.

Fille du fondateur du groupe, Elisabeth Badinter, l'épouse de l'ancien ministre de la Justice de François Mitterrand, en est le principal actionnaire , à hauteur de 10,5% du capital, et siège à son conseil d'administration.

Avant Nicolas Sarkozy, la porte-parole de sa campagne, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait également reproché au cours d'un point de presse aux socialistes de condamner les bonus de Maurice Lévy sans y associer Elisabeth Badinter.

"Elle a touché 85 millions d'euros de dividendes, elle a une fortune qui a été évaluée en 2010 à 652 millions d'euros, ce sont des chiffres publics, c'est en augmentation de 27 millions d'euros par rapport à 2009, 27 millions en un an, pourquoi ceux qui s'empressent de condamner l'un ne condamnent pas l'autre ?", a-t-elle dit lors d'un point de presse.

Yann Le Guernigou, édité par Thierry Lévêque

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant