Sarkozy prône l'unité pour sauver la Grèce

le
0
Le Fonds monétaire international se dit «très préoccupé» par la situation en Grèce, alors que des négociations se tiennent en vue de former un nouveau gouvernement. Le président français appelle les Européens, divisés sur les solutions à apporter, au compromis.

La Grèce se rapproche à grande vitesse du précipice et ses dirigeants, comme les Européens, sont divisés sur la manière de l'arrêter avant la chute. Le Fonds monétaire international, d'habitude prudent et mesuré dans ses interventions, ne cache plus ses craintes. «Je suis très préoccupé par la situation qui a changé radicalement ces dernières 24 heures», a ainsi déclaré Zhou Min, conseiller spécial du directeur général du FMI, en marge d'une conférence à Paris.

Des désaccords à deux niveaux, dans la zone euro et au sein de la majorité au pouvoir à Athènes, ont accentué la crise. D'abord, les Européens s'opposent sur la façon de faire participer les investisseurs privés à une nouvelle aide à la Grèce. Paris et la Banque centrale européenne veulent une contribution minimum des banques alors que Berlin est plus offensive. Le président français Nicolas Sarkozy a cherché à temporiser, jeudi matin. Il a déclaré solennellement qu'«il faut sortir des

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant